Macaronette et cie

Et pourquoi pas vous donnez envie de cuisiner, et de partager mes recettes de cuisine, mes découvertes culinaires, mes envies, coups de coeur. La cuisine c'est le lieu le plus conviviale et de partage.

19 février 2017

Chocolament passion - Entremets chocolat - fruit de la passion

Rien n'est trop beau pour l'anniversaire d'une de mes filles :o)

J'ai des tas de croquis de projets de gâteaux et entremets dans mon calepin. Il est facile de me reconnaître dans le métro quand je le sors lorsqu'une idée me vient. 
Il en traînait depuis fin d'année dernière, un à base de fruit de la passion et chocolat. Vous me direz ce n'est pas le 1er entremets passion-chocolat que je vous propose (ici pour la précédente recette). Il faut dire que cette association est tellement bonne à l'instar du Mogador de Pierre Hermé qui l'a mis à l'honneur et à la mode.

Mais là j'avais fait un dessert plus élaboré que le 1er partagé ici. A l'origine, cet entremets devait comporter un bavarois chocolat, un crémeux de fruit de la passion (avec la recette de Claude Heitzler), un biscuit de Génes chocolat et une feuillantine.
Mais l'idée était déjà prise et passée sur le web ! Comme quoi au final, on a tous plus ou moins les mêmes idées ! A force de voir passer des desserts, de lire des livres et de surfer sur le web, nous sommes tous influencés par les mêmes idées.

Alors comme je voulais une version personnelle pour ma lutine... J'ai gardé les parfums car ma fille adore le fruit de la passion, et j'ai changé de version.

Très franchement, je ne le regrette pas. Vous me direz pas étonnant car je ne suis pas fan des desserts trop chocolaté. Là il est fruité avec un rien suffisant de chocolat pour le rendre gourmand.

Un entremets comme je les aime
      

Chocolament passion
         

Pour 8 personnes
Cercle de 22 cm de diamètre extérieur et 20 cm intérieur

Sirop de punchage

Ingrédients

35 ml d'eau
50 g de sucre
1/2 c. à soupe d'alcool (ici du rhum brun)

Dans une casserole, mettre l'eau et le sucre, et amener le tout à ébullition quelques minutes.
Ajouter l'alcool, et laisser refroidir complètement.

Biscuit joconde chocolaté

Ingrédients

55 g de poudre d'amandes
55 g de sucre glace
10 g de farine
7 g de poudre de cacao
75 g d'oeufs entiers
50 g de blanc d'oeufs
10 g de sucre semoule

Pré-chauffer le four T° 6 (190 °C)

Fouetter longuement la poudre d'amande, le sucre glace, le cacao, la farine et les oeufs entiers.

Monter les blancs en neige et serrer avec le sucre.

Incorporer délicatement les blancs en neige à la pâte cacaotée, puis faire légèrement retomber la pâte.

Sur 2 plaques de cuisson recouvertes de papier cuisson,
étaler la pâte en une fine couche de pâte en forme de cercle à peu près de la taille de votre cercle à entremets.

 Enfourner les plaques pour 10 mn de cuisson environ.
Sortir du four, et laisser refroidir en retournant la pâte sur une feuille de papier cuisson sur une grille.
Découper 2 cercles de la taille de votre cercle à entremets moins 1 cm.

Réserver dans du film.

Feuillantine - praliné

Ingrédients

20 g de chocolat au lait
100 g de praliné
40 g de crêpes dentelles

Faire fondre au bain-marie le chocolat au lait en petits morceaux et le praliné.

Concasser les crêpes dentelles et les ajouter au au chocolat-praliné.
Mélanger.

Placer les 2 ronds de biscuit chocolaté dans le fond de 2 cercles de 20 cm de diamètre chemisé de rhodoïd.

Imbiber généreusement les biscuit, et déposer la moitié de la feuillantine sur chacun des biscuits.
Etaler la feuillantine sur tout les biscuits à l'aide d'une fourchette.
Réserver.

Crémeux au chocolat

Ingrédients

130 g de chocolat à 70%
100 g d'oeufs entiers
25 g de sucre
125 ml de crème liquide entière
125 ml de lait entier
1 feuille de gélatine

Mettre la demi feuille de gélatine dans de l'eau froide pour la faire ramollir.

Faire fondre le chocolat au micro-onde, en le passant plusieurs fois 40 secondes
et en mélangeant à chaque fois.

Faire chauffer le lait et la crème liquide.

Par ailleurs, fouetter les oeufs et le sucre.
Ajouter y la lait et la crème liquide juste arrivés à ébullition.

Mettre le tout dans une casserole et faire cuire à feu doux en remuant jusqu'à obtenir une cuisson à la nappe.
Le plus simple : c'est de faire cuire en utilisant un thermomètre de cuisson, la crème anglaise est prête lorsqu'elle atteint 80-83°C.

Verser de suite dans un autre récipient pour arrêter la cuisson.
Mixer avec la feuille de gélatine bien essorée.

Verser un tiers de la crème sur le chocolat fondu
et mélanger en décrivant des petits cercles pour créer un noyau élastique et brillant.
Faire de même avec un autre tiers, et le suivant.

Répartir 2/3 du crémeux dans le fond d'un des cercles sur la feuillantine,
et le 1/3 sur l'autre cercles.
Réserver au congélateur.

Mousse au fruit de la passion

Ingrédients

8 g de feuilles de gélatine (soit 4)
225 g de purée de fruit de la passion
40 g de sucre
225 g de crème liquide à 35 %

Mettre à ramollir les feuilles de gélatine dans de l'eau froide.

Faire chauffer 1/3 de la purée de fruit de la passion avec le sucre.

Lorsque la purée commence à bouillir, ajouter les feuilles de gélatines bien essorées,
puis ajouter le reste de la purée.

Laisser refroidir jusqu'à une température de 25°C.

Monter la crème liquide en chantilly, et l'incorporer délicatement à la purée de fruit de la passion.

Démouler un des cercles de biscuit couvert de feuillantine - celui avec la plus grande épaisseur de crémeux,
le déposer au centre d'un cercle plus grand (ici 22 cm de diamétre) chemisé de rhodoïd.

Verser une partie de la mousse au fruit de la passion, et déposer une couche sur le dessus du biscuit.
Démouler l'autre cercle de biscuit et crémeux, et le déposer sur la mousse de fruit de la passion.

Finir de recouvrir l'entremets avec la mousse de fruit de la passion,
et lisser la surface.
Réserver au congélateur pour au moins 6 heures.

Glaçage chocolat
              Recette d'Isabelle ("J'en reprendrai bien un petit bout")

Ingrédients

45 g d'eau
100 g de sucre
100 g de sirop de glucose
4 feuilles de gélatine (de 2 g chacune)
75 g de lait concentré
100 g de chocolat noir

Mettre la gélatine à ramollir dans de l'eau froide.

Faire chauffer l'eau, le lait concentré, le sirop de glucose et le sucre dans une casserole.
Porter à ébullition.

Ajouter le chocolat noir fondu et mélanger.

Laisser refroidir, le mélange doit être sirupeux (32°C)

Sortir l'entremets du congélateur, le démouler.

Glacer l'entremets sur une grille.

Décorer selon votre envie : ici fleur de chocolat blanc et orange, fruit de la passion.

  

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 23:16 - Dessert - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 février 2017

Gâteau invisible aux pommes croustillant

Il y a des gâteaux qui courent sur la blogsphère depuis des années sans que l'on sache vraiment d'où ils viennent. C'est bien le cas du gâteau invisible à l'instar du gâteau magique ou autres gâteaux à la mode.

J'ai lu beaucoup de chose sur le gâteau invisible : gâteau régional mais on ne sait pas d'où, gâteau de magazines, gâteau créé par Eryn (pour ceux qui ne connaissent pas son blog courrez y, elle a des recettes terribles qu'elle a laissé en ligne même si son blog n'est plus alimenté depuis quelques années)... Bref, peu importe l'origine, ce gâteau est un succès.

Alors pour ne pas finir idiote, j'ai profité du besoin de faire un gâteau rapidement avec ce que j'avais sous la main, pour tester le fameux gâteau invisible.

Il me fallait un gâteau sans vraiment qu'il soit un gâteau. J'entends qu'il y a tellement peu de pâte dans ce gâteau d'où son nom d'ailleurs, que l'on a plus l'impression de pommes que de gâteau. Il reste assez sucré malgré tout.
En texture, c'est presque comme un clafoutis, mais sans pâte !

Pour cette recette, j'ai pris la recette de Crousti-fondant d'Eryn - une version de gâteau invisible surmontée d'une fine couche croustillante aux amandes.

Une belle découverte qui nous a bien plu. Et je confirme ce qu'écrivait Eryn, il est bien meilleur le lendemain :o)
         

 Gâteau invisible
    

aux pommes croustillant

       

Pour 6 - 8 personnes
Moule à manqué : 22 cm de diamètre

Ingrédients :

6 à 9 pommes suivant leur taille (Golden, Belchard, reinette...)
2 oeufs moyens
60 g de farine
55 g de sucre (70 g dans la recette d'origine)
90 ml de lait
2 c. à soupe d'huile d'olive
1 c. à soupe de Calvados
1/2 c. à café d'extrait de vanille (optionnel)
1 c. à soupe de levure chimique
1 pincée de bicarbonate

Pour le croustillant :

80 g de sucre
1 oeuf
3 c. à soupe de beurre fondu
2 c. à soupe d'amandes effilées

Préchauffer le four à 200°C.

Mélanger la farine, le sucre, la levure chimique et le bicarbonate dans un récipient.

Dans un autre récipient batter les oeufs, et les malanger avec l'huile, le lait, l'extrait de vanille et le Calvados.

Ajouter les liquides progressivement au 1er mélange au fouet.

Peler et épépiner les pommes, et les couper en très fines lamelles à la mandoline.
Les immerger au fur et à mesure dans la pâte afin qu'elles ne s'oxydent pas.

Beurrer et fariner le moule (ici j'ai remplacé la farine par du sucre cassonade).

Diposer les tranches de pommes nappées de pâte dans le moule.
Bien tasser, lisser la surface.

Enfourner pour 25 minutes à 200°C, jusqu'à ce qu'il soit doré et ferme au toucher.

Pour le croustillant : Battre l'oeuf et le sucre jusqu'à ce que cela blanchisse.

Y ajouter le beurre fondu.

A la fin de la cuisson du gâteau, verser le mélange du croustillant sur le gâteau chaud,
et parsemer d'amandes effilées puis saupoudrer de la cuillère à soupe restante de sucre.
Enfourner pour 10 minutes à 200°C.

Laisser complètement refroidir dans le moule.
Démouler et servir.

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 15:55 - Dessert - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 février 2017

Bolo de arroz - gâteau de riz portugais

ça fait bien longtemps que je voulais tenter les Bolo de Arroz maison. A vrai dire depuis notre séjour à Madère, il y a quelques années. Mais manque de temps, oubli, autres recettes à tester... Bref, toutes les excuses étaient bonnes.

Et voilà qu'en faisant du tri et du rangement, je suis tombée sur un reste de paquet de farine de riz. 2 options soit le remettre dans mon placard, soit le sacrifier sur l'autel de la pâtisserie portugaise. Facile de trouver l'option que j'ai prise. Ce fût l'occasion de faire cette recette longtemps gardée sous le coude.

Vous l'aurez donc deviné, le bolo de arroz est un gâteau portugais à base de farine de riz ("bolo" signifie gâteau et "arroz" signifie "riz" en portugais).

C'est un petit gâteau que l'on trouve vendu entouré d'un papier cuisson qui reprend ou pas son nom, de la taille d'un muffin. Mais rien n'interdit de le faire en grand ou de l'acheter en grand format. Le petit format avait notre préférence, puisqu'il permettait de prendre plus sortes de gâteau à l'époque ;o)

Le bolo de arroz a une texture entre le quatre quart et le muffin, avec un goût très caractéristique en raison de la farine de riz. C'est assez addictif quand on met le nez dedans... d'où l'intérêt d'en faire des versions individuelles.

En cherchant quelques informations sur ce petit gâteau, j'ai appris qu'il y avait une culture de riz au Portugal (je suis toujours moins bête après avoir fait des recettes ;o)). Cette culture aurait commencé au 14ème siècle dans le Sud du Portugal et aurait été apporté par les musulmans. Elle a pris de l'ampleur au 18ème siècle. Après quelques lectures, on comprend mieux l'existence d'une culture pâtissière autour du riz.

On trouve des tas de recettes de bolo de arroz, ma préférence a été vers celle issue du livre "A Cozinha Ideal" de Manuel Ferreira, qui semble être la plus généralisée, et que j'ai trouvé sur "Outras Comidas". J'avoue avoir hésité avec cette du site "Receitas Paradia".

A noter, avant que certains ne m'écrivent pour me dire que je n'ai pas exactement fait la recette du livre (que je vous laisse entre parenthèses) : d'abord j'ai réduit la quantité de sucre - perso pour les recettes traditionnelles, je le fais toujours, car elles sont bien souvent trop sucrées. J'ai aussi réduit la quantité de levure chimique : je ne sais pas quel type de levure est utilisé au Portugal, mais 25 g de levure de chez nous : c'est énorme.
J'ai aussi remplacé le citron par du zeste d'orange bio, ayant la flemme de sortir acheté des citrons bio, ce qui aurait drastiquement augmenté l'indice carbone de mes gâteaux (je rigole ;o) - je peux y aller à pied, c'est juste de la fainéantise).

A déguster avec un verre de lait chaud, un café, un thé... ou juste tout seul pour le plaisir.
            

Bolo de Arroz
     

Pour 12 "Bolo de arroz"

Ingrédients

200 g de sucre (300 g dans la recette d'origine)
300 g de farine de blé
150 g de farine de riz
150 g de beurre ramolli ou pommade
2 c. à café rases de levure chimique (25 g dans le recette d'origine)
6 œufs + lait (le tout 500 ml)
Zeste d’un citron bio ou non traité (ou ici du zeste d'orange bio)

Préchauffer le four à 200 °C.

Crémer le sucre, les zestes de citron avec le beurre ramolli.

Ajouter les œufs et le lait. Bien mélanger jusqu’à obtenir une pâte crémeuse.

Mélanger la farine de froment, la farine de riz et la levure ensemble.
Ajouter le mélange petit à petit au mélange crémeux.

Cercler de papier cuisson des petits cercles à pâtisserie.
Il faut que le papier soit un peu plus haut que la hauteur des cercles de patisserie.
Remplir de pâte jusqu’au 2/3 de la hauteur du papier cuisson.

Enfourner pendant 5 minutes les bolo à 200 °C, puis baisser à 180°C.
 Laisser cuire environ 20 - 30 minutes.
A mi-cuisson, saupoudrer les bolo avec du sucre pour créer la pellicule croustillante du dessus.

Laisser refroidir sur une grille.

  

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 19:43 - Dessert d'ailleurs - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 février 2017

Soupe de céleri rave

Et si on faisait léger ce soir ?

Généralement lorsque j'ai du céléri rave, j'en fait de la purée ou des tranches panées, mais la dernière fois que j'en ai eu j'ai eu envie d'autres choses. Je suis alors souvenue d'une recette d'un site scandinave, que je n'ai pas retrouvée... C'est ça de passer de recettes en recettes.

Je me souviens juste que dans la recette, on mettait de la pomme.

Une recette de soupe qui change, et faite un peu au pif. La pomme est un vrai plus qui apporte une légère touche sucrée et acidulée.
            

Soupe de céleri rave
         

Pour 4 personnes

Ingrédients

500 g de céleri rave
300 g de pomme de terre (type agata)1 pomme (type reinette)
1 oignon
1 l d'eau
sel
1 cube de bouillon de poulet
Huile d'olive

Eplucher l'oignon et l'émincer.

Eplucher le céleri rave et les pommes de terres, les laver et les couper en morceaux.

Faire revenir l'oignon dans une grande casserole à fond épais avec de l'huile d'olive,
jusqu'à ce qu'il devienne translucide.

Ajouter les morceaux de pommes de terre et céleri.
Assaisonner et ajouter le bouillon de cube.

Couvrir de 1 litre d'eau et laisser mijoter jusqu'à ce que les légumes soient cuits
il faut qu'ils tombent lorsque l'on pointe un couteau dedans.
Mixer le tout.

Déguster bien chaud.

 

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 21:42 - Soupe - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 janvier 2017

Орешки - Oreshki (Russie)

D'après la météo, nous avons eu un froid de Sibérie... Je ne pense pas que nous ayons aussi froid qu'en Sibérie, mais c'est vrai qu'il fait très froid. Enfin tout parait normal après tout, nous sommes en hiver.

C'est surtout l'occasion de faire une spécialité russe, que l'on retrouve dans pas mal de pays de l'Est : les Орешки - oreshki. En Russe, oрешки signifie "noix", d'où la forme de ces petits biscuits (forme de noix). Mais il existe un tas d'autres formes pour faire ces biscuits : champignons, pomme de pin... tout dépend du moule que vous avez.

Ces biscuits sont très populaires en Russie, et sont fait à l'occasion des fêtes diverses et variées ou juste pour le plaisir. J'ai lu sur pas mal de sites russes, qu'à l'époque soviétique, ils étaient presque la seule douceur pour l'heure du thé. Ils font partis comme nos madeleines ou autres petits gâteaux des souvenirs d'enfance des russes.

Leur origine ? et bien aucune idée, je n'ai trouvé aucun site qui explique d'où ces petits gâteaux si populaires venaient. Bon vous me direz l'intérêt n'est pas là, l'intérêt est de les manger ;o)

Une chose amusante, comme quoi la cuisine est un lien international bien plus fort que toutes les organisations intergouvernementales, on trouve des petits gâteaux quasi identiques au maghrébe notamment en Algérie sous le nom de "El djouza" et au Maroc sous le nom de "Gharghaâ" - ce qui signifie là aussi : noix. Ils sont aussi fourrés de confiture de lait et de noix, et la recette est quasi identique.
Qui a influencé l'autre, l'histoire ne le dit pas, et il ne faut pas entrer dans ce type de polémique. Ce qui est important c'est de penser que russes et maghrébins partagent une même recette. Je me demande si les relations diplomatiques ne devraient pas être faites dans une cuisine plutôt que dans des hémicycles froids et sans humanité ?

Avant de pouvoir faire cette recette, il m'a fallu partir en quête du moule adéquat. Moule que j'ai trouvé dans une boutique de Barbesse à Paris... Et oui la version pour les "El djouza", qui convient très bien pour les oreshki aussi :o)
Vous pouvez aussi en trouver assez facilement sur le net tant des aluminiums, qui si vous n'en avez pas un usage intensif sont largement suffisants (bien huilés ils ne collent absolument pas, il faut juste bien surveiller la cuisson) ou des électriques à la façon des gaufriers.

Pour la recette, je me suis inspirée des recettes de Nanastia et de Вика (Vika) : avec une préférence pour celle de Nanastia, qui donne un biscuit très sablé.

Pour la confiture de lait, j'en ai acheté une du commerce. Bien évidemment, on peut faire à partir d'une boîte de lait concentré sucré cuite dans une cocotte minute, comme je l'avais fait pour les alfajores. Reste que j'ai arrêté cette technique en raison des cochonneries que l'on met sur les parois des boîte de conserve. 

A noter qu'ils se conservent dans une boîte en métal... enfin si des lutins ne vous les mangent pas tous.
         

Орешки - oreshki
       

Pour 50 oreshki

Ingrédients

200 g de beurre fondu
2 œufs
100 g de sucre
1 c. à soupe de vinaigre (ici du vinaigre de pomme)
1 c. à café de bicarbonate de soude 
400 g de farine 
1 pincée de sel
huile de tournesol

De la confiture de lait

Dans un récipient mélanger les oeufs et le sucre (inutile de faire blanchir)
puis ajouter le beurre fondu.

Dissoudre le bicarbonate dans le vinaigre, et ajouter au mélange.

Ajouter petit à petit la farine et le sel.
Mélanger pour obtenir une pâte homogène.

  

Faire des petites boules de pâte.

Pendant ce temps faire chauffer la poêle à noix sur le feu.
Huiler la surface des 2 côtés et déposer les boules de pâtes dans les trous.
Refermer et laisser cuire quelques minutes de chaque côté.

Démouler - si besoin raper bords pour redonner la forme des noix.

Remplir de confiture de lait et coller 2 biscuits pour former une noix.

 

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 09:09 - Dessert d'ailleurs - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 janvier 2017

Fontainebleau aux myrtilles

Après les entremets de fin d'année 2016 et la galette de début d'année, voici un dessert tout simple et rapide à faire : le Fontainebleau. Attention, je ne vous promet pas ici un dessert léger, mais crémeux et aérien sans nul doute.

Le Fontainebleau est un dessert fromager, qui pose débat sur sa composition et sa fabrication. En effet, sa création est un mystère, et on se dispute sur sa recette : crème du lait ballotée et pétrie lors du transport, crème fraîche uniquement foisonnée, ou encore le plus souvent un mélange de faiselle ou fromage blanc egoutté auquel on incorpore de la crème fouettée... Chacun y va de sa recette.

Ce qui est quasi certain pour le Fontainebleau, c'est qu'il est originaire de la célébre ville de Fontainebleau... On aurait aisément deviné, me direz vous ! Une fromagerie de Fontainebleau, la fromagerie Barthelémy, en revendique d'ailleurs l'origine et donc le véritable Fontainebleau.

On sait juste qu'il est apparu à la fin du XVIIIème siécle pour le plus grand plaisir des gourmands.

Comme il n'existe pas d'écrit certain sur la recette du Fontainebleau, j'ai pris le partie du mélange de faiselle et de crème fouettée, en adaptant les proportion à mon goût.

J'espère que cette version vous plaira, ou que vous trouverez la recette qui vous convient par vos propres essais.

Pour accompagner ce dessert, on y ajoute du miel, du sucre ou des coulis de fruits. Ici, j'ai utilisé des myrtilles au sirop rapporté de Savoie, ce qui donne un sirop léger et des jolis fruits.
                    

Fontainebleau aux myrtilles
      

Pour 4 personnes

Ingrédients

500 g de faiselle
de crème liquide entière : quantité selon le poids de faiselle égouttée
3 c. à soupe de sucre glace
1/2 c. à café d'extrait de vanille

Myrtilles au sirop (à remplacer par du coulis de myrtilles à défaut)

La veille mettre la faiselle sur un ligne propre et la laisser s'égoutter toute une nuit.

Peser la faiselle, et y ajouter le sucre glace et l'extrait de vanille.
Mélanger et lisser.

Prendre une quantité de crème liquide équivalente à la moitié du poids de la faiselle égouttée.
Monter la crème liquide pour obtenir une crème fouettée
(attention ce ne doit pas avoir une texture de chantilly donc pas trop ferme).

Incorporer la crème fouettée à la faiselle.
Pour une texture plus ferme, foutter la faiselle avec la crème montée quelques secondes.

Répartir dans des ramequins et ajouter quelques cuillers à soupe de myrtilles au sirop.

Déguster.

 

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 15:52 - Dessert - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,