Macaronette et cie

Et pourquoi pas vous donnez envie de cuisiner, et de partager mes recettes de cuisine, mes découvertes culinaires, mes envies, coups de coeur. La cuisine c'est le lieu le plus conviviale et de partage.

29 juin 2015

L'Exotique

La chaleur me donnait envie de refaire le délicieux Opéra exotique de Laura, que j'avais eu la chance de déguster lors d'un repas chez un ami commun cuisinier.
Mais cette même chaleur quasi caniculaire m'a découragé en milieu de mes préparations. C'était vraiment pas le bon soir pour faire de la pâtisserie.

Alors j'ai beaucoup simplifié le montage de mon entremets ce soir là.... ça arrive ! et cela n'enlève pas le goût.

Avant de vous donner la recette, laissez moi vous parler un peu de Laura et de ses créations pâtissières.

Malgré ce que pourrait laisser penser son blog, Laura n'est pas une blogueuse en tant que telle. Derrière beaucoup de gentillesse et d'humilité, c'est une pâtissière professionnelle, qui travaille actuellement auprès du Chef Yannick Lefort (Macaron Gourmand), mais qui pour autant n'arrête pas de créer, de trouver des idées de pâtisseries gourmandes et délicates. Elle a récemment créé son blog pour faire découvrir ses créations.
Gagnante du Concours Marcel Fraudet "Tarte Tatin" organisé par l'Ordre Culinaire Internationale au Salon Sugar Paris Porte de Vincennes, je vous conseille de noter son nom pour suivre ses créations et son parcours.

Mais revenons à notre entremets.

Ici, j'ai adapté son opéra exotique en entremets plus conventionnel dira-t-on.
Par contre, les recettes de base sont un melting pot de recettes de Laura, de Jean-Jacques Borne et des miennes. De plus en plus dans mes desserts, je m'inspire des saveurs, des associations, mais je suis de moins en moins les recettes en tant que telles. J'uilise le plus souvent mes recettes et les recettes que j'aime.

Un entremets de saison, qui mérite apporte de la fraîcheur par la légère acidité de ses fruits et de la douceur par la mousse à la noix de coco.
            

 L'Exotique

Sirop de punchage rhum - citron vert
    Recette de "les Délices de Laura"

Ingrédients

25 g de sucre
50 g d'eau
2 c. à soupe de rhum
le jus d'un demi citron vert

Faire chauffer l'eau et le sucre jusqu'à ébullition.
Hors du feu ajouter le rhum et le jus de citron vert et laisser complètement refroidir.

Pain de Gênes à la pistache
      Recette de Jean-Jacques Borne

Ingrédients

135 g de pâte d'amande à 50 % d'amande minimum (à cuire)
30 g de pâte de pistache
40 g de glucose
80 g de sucre
165 g d'oeufs entiers
55 g de farine
2 g de levure chimique
45 g de beurre fondu revenu à température ambiante
Option : colorant vert si la couleur n'est pas assez intense

du chocolat blanc

Pré-chauffer le four à 160°C.

Dans le bol d'un robot avec le K, mélanger petit à petit la pâte d'amandes,
la pâte de pistache le glucose et le sucre.

Incorporer les oeufs petits à petits.
Lorsque le mélange devient crémeux, changer le K du robot, avec le fouet,
et fouetter le mélanger pendant 10 minutes à vitesse moyenne.
Vous allez obtenir comme une pâte à génoise, l'appareil va doubler de volume.

Incorporer ensuite délicatement la farine et la levure tamisée,
en faisant attention de ne pas faire retomber l'appareil.
Puis incorporer le beurre fondu délicatement aussi.

Couler sur des plaques de cuisson pour avoir une épaisseur de 5 mm
et la possibilité de couper 2 cercles de pain de Gênes.
Enfourner pour 15 minutes environ, et vérifier la cuisson à la pointe d'un couteau.

Mettre sur grille et laisser refroidir.

Découper les biscuits de pain de Gênes avec un cercle à entremets de 20 cm de diamètre.

Faire fondre le chocolat blanc, et napper une des phases des biscuits avec une fine couche de chocolat blanc.
Cela va donner un peu de croquant et imperméabilisé le biscuit (le petit truc de Laura :o))

Gélée mangue - passion et citron vert
   Inspirée de la recette de "les Délices de Laura"

Ingrédients

300 g de pulpe de mangue fraîche (compter environ 1 belle mangue voir plus -
             surtout peser votre chair de mangue et la mixer grossièrement)
100 g de jus de fruit de la passion (compter 5 - 6 fruits de la passion et passer la pulpe au tamis pour
             ne garder que le jus)
1 citron vert bio ou non traité
4 feuilles de gélatine
Option : 30 g de sucre (voir plus si le mélange de fruits vous semble trop acide - je n'en ai pas eu besoin mes mangues
                 étaient bien sucrées)

Faire ramollir les feuilles de gélatine dans de l'eau bien froide.

Laver et prélever le zeste du citron vert et presser le pour obtenir le jus.

Mélanger la mangue mixer, le jus de citron, le zeste et le jus de fruit de la passion (avec le sucre si besoin).

Faire chauffer une partie du mélanger dans une casserole, une fois à 1ère ébullition
hors du feu ajouter la gélatine essorée.
Laisser refroidir.

1ère étape de montage

Déposer un cercle au fond du cercle à entremets chemiser d'un ruban de papier rhodoïd.
Puncher le biscuit avec le sirop rhum - citron vert.

Déposer la gelée de mangue - fruit de la passion et citron vert, et lisser.
Déposer dessus le 2ème biscuit et le puncher.
Réserver au congélateur pendant au moins 3 heures.

Mousse à la noix de coco

Ingrédients

300 g de crème de coco
200 g de crème liquide entière
40 g de sucre
4 feuilles de gélatine
40 g de noix de coco râpée

Faire ramollir les feuilles de gélatine dans de l'eau bien froide. 

Dans une casserole, faites chauffer la crème de coco avec le sucre.
Hors du feu ajouter la gélatine essorée et la poudre de coco.
Réserver jusqu'à refroidissement (environ 30 °C).

Monter la crème liquide en crème fouettée,
et l'incorporer délicatement dans la crème coco en 3 fois.

2ème étape du montage

Décercler l'insert pain de Gênes et gelée exotique.
Déposer le au centre d'un cercle à entremets de 22 cm chemiser d'un ruban de rhodoïd.

Couler la mousse coco en insistant sur les bords et lisser la surface.
Laisser prendre au réfrigérateur au moins 6 heures.
(On peut aussi congeler cet entremets à ce stade pour le garder pour le jour de la dégustation)

Gelée de fruits exotiques

Ingrédients

80 g de jus de fruits exotiques de qualité
20 g de jus de fruit de la passion (prélevé d'un fruit frais - c'est mieux)
1 feuille de gélatine
Option : 10 g de sucre si trop acide à votre goût - il faut tout de même qu'il y ait de l'acidité

 Faire ramollir la feuille de gélatine dans de l'eau bien froide. 

 Dans une casserole, faites chauffer les jus de fruit.
Hors du feu ajouter la gélatine essorée et laisser refroidir.
Couler sur le dessus de l'entremets et laisser prendre.

Décorer selon votre envie, ici :
Bordure chocolat blanc coloré en jaune et orange, dessus fruit de la passion et pâte d'amande.

 

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 21:05 - Dessert - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 juin 2015

Financiers citron - pavot

Vous connaissez sûrement le cake citron pavot de Pascale du blog "C'est moi qui l'ai fait"... sinon il faut vraiment que vous le testiez.

Ici pas de cake, mais c'est en pensant à ce cake que j'ai eu envie de ces petits financiers citron-pavot. Une association pas très originale, il est vrai mais tellement bonne.

Pour la recette, on reprend la recette de base des financiers. C'est l'avantage des recettes de base, quand on les connaît, on peut ensuite en faire ce que l'on veut et les parfumer comme il nous plait.

Alors des petits financiers juste pour le plaisir :o)
        

Financiers citron - pavot

Pour 16 financiers ou plus suivant la taille de vos moules

Ingrédients

200 g de sucre glace
80 g de poudre d'amande
80 g de farine
2/3 c. à café de levure chimique
180 g de blancs d'œufs
120 g de beurre doux fondu
1 citron jaune (bio ou non traité)
2 c. à soupe de graines de pavot

Allumer le four T°6 (180 °C)

Zester et prélever le jus du citron.

Tamiser dans une terrine le sucre glace, la farine, la levure et la poudre d'amandes.
Ajouter les blancs d'œufs et bien mélanger.

Lorsque le mélange est homogène, ajouter le beurre fondu encore tiède.
Ajouter le jus de citron et le zeste de citron et mélanger.

Beurrer les moules à financier ou autre.

Remplir les petits moules.
Faire cuire pendant 12-15 mn (vérifier au couteau).
Démouler et laisser refroidir sur une grille.

 

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 10:14 - Petits gâteaux - biscuits - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 juin 2015

Atelier Charcuterie chez 750 g en images et en gourmandise

Comme je vous l'avais évoqué il y a quelque temps, j'ai eu la chance (et c'est toujours une chance) de participer à la nouvelle édition des ateliers autour de la charcuterie organisé par la FICT (Fédération Française des Industriels Charcutiers Traiteurs - (Infocharcuteries)).
Ces ateliers chez 750 g sont toujours l'occasion de découvrir de nouveaux produits mais aussi de découvrir de nouvelles utilisations de produits que l'on connait tous mais dont on n'aurait jamais eu l'idée de les utiliser différemment.

Cette année encore, cet atelier s'est inscrit sous le signe de la gourmandise, de la bonne humeur et de la créativité.

Pour l'occasion, nous étions une vingtaine de blogueurs autour de plusieurs produits charcutiers : saucisses SNACK, rillettes d’oie ou de porc, ou de poulet, saucisses blanches à griller, patés de campagne, à l’échalotte, forestier.

Le but de l'atelier était d'imaginer des recettes (une entrée et un plat) avec les produits charcutiers, grâce à un panier garni surprise et un ingrédient mystère et insolite à incorporer dans nos recettes (carambole, grenade, cerise, pêche...)

Un joli challenge !

Pour m'accompagner dans cette aventure culinaire autour de la charcuterie, j'avais à mes côtés les copines blogueuses : Angélique, Margot, et enfin Aude avec qui je n’avais pas encore eu la chance de cuisiner.

Il nous a fallu trouver une entrée et un plat autour du pâté forestier et de la saucisse blanche à griller... avec comme ingrédients insolites : la carambole et la pêche !

Après la présentation des produits par les producteurs, et par Catherine Goavec, Déléguée Générale de la FICT et quelques mots du président Robert Volut, et les conseils avisés de Chef Damien et Chef Frédéric, nous avons commencé à réfléchir à nos recettes.

Répartition des tâches, et nous voilà lancés dans la cuisine.

D'un côté Aude et Margot pour l'entrée : ravioli de pâte forestier - courgette et pêche, sauce asiatique

   

De l'autre Angélique et moi pour le plat : boulette

  

Ce que j'aime dans ces ateliers, c'est qu'il y a certes le challenge de faire une recette qui va plaire, voir même la meilleure, celle qui aura un coup de coeur, mais c'est surtout le fait qu'il n'y a pas de compétition. A la fin, chacun circule entre les différents ateliers à la recherche d'un ingrédient qui manque, pour voir ce que les autres font, échanger des idées, s'entraider en fonction de l'avancer des uns et des autres.
L'esprit est à la bonne humeur, il faut dire que nous dégusterons tous ce que nous avons préparé.

 

 

Et bien évidemment, ces ateliers se terminent comme dans un bon album d'Astérix, par un bon repas entre amis de la bonne gastronomie.

  

Un grand merci à l'équipe de 750 g toujours au top :o) et à Robert Volut, Président de la FICT et à Catherine Goavec, Déléguée Générale de la FICT, pour leur enthousiasme et leur encouragement.

N'hésitez pas à vous rendre sur le site d'information de la FICT pour en savoir plus sur la charcuterie

Infocharcuteries

Pour les recettes : retrouvez les sur les blogs des mes accolites : Angélique, Margot, et Aude.

L'entrée : Ravioli au pâté forestier

Le plat : Boulettes de saucisses blanches à griller et courgettes - sauce aigre douce tomates et carambole

Crédit photos de cet atelier : Sylvain Bertrand.

Contrat Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Macaronette et Cie.

Posté par Totchie à 01:07 - Divers - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 juin 2015

Tarte sucrée de sarrasin aux bettes maritimes et épices

Ouh lala que je suis en retard pour poster cette recette, mais qu'importe puisque la saison des bettes ou blettes maritimes bat son plein !

Mais de quoi je parle ? Et bien de légumes de la mer biensûr !

L'été dernier, j'avais eu la grande chance de visiter l'exploitation de légumes de la mer de Gilles Fournier, producteur de Lanvian Serres (La Breizh Salicorne), qui m'avait permis de vous faire découvrir la culture de la salicorne sous serre. Vous vous souvenez ?

Comme je vous l'avais raconté dans mon billet sur la salicorne, ce n'est pas le seul légume de la mer que Lanvian Serres tente de faire pousser sous serre.

L'été dernier, pour les autres légumes de la mer, c'était une culture expérimentale en très grande partie, avec des tests vers les restaurateurs, mais j'espère qu'elle sera pour Gilles couronnée de succès, tellement ses produits sont de qualité.

Pour ces autres légumes de la mer, certains sont déjà connus de nos restaurateurs, même si plus difficile à trouver pour les consommateurs que nous sommes.

En voici quelques uns :

La Mertensia maritima, connue sous le nom de "feuille d'huître" ou "huître végétale".

Je l'avais découverte lors d'un déjeuner chez le Chef Olivier Belin qui tient l'Auberge des  des Glazicks à Plomodierne dans le Finistère. Etant devenue depuis quelques années allergique aux huîtres, alors que j'adore ça... cette feuille au goût d'huître a été le miracle qui m'a permis de retrouver le goût de l'huître sans les inconvénients allergiques :o)

C'est une plante assez jolie avec ses feuilles bleutées ou vert céladon, qui donnent de jolies fleurs bleues.

Cette feuille peut parfaitement permettre de découvrir le goût de l'huître à ceux qui seraient réticents à déguster la petite bête.

  

La Mertensia se consomme crue en salade, ou cuite, et peut être conservée dans du vinaigre, comme la salicorne.

A noter cependant une petite chose, lorsqu'on la mange crue, le goût d'huître n'apparait plus à la 2ème feuille ! A la 2ème feuille... je pense que notre cerveau a compris qu'il s'était fait avoir !

Elle a quasi disparu des rivages de Normandie en raison de la cueillette excessive dont elle a fait l'objet. Elle pousse très bien dans les jardins, on peut parfois en acheter en pot dans les jardinerie, mais elle est assez sujette aux pucerons !

Une autre plante testée, en accompagnement de salade : le pourpier maritime, ou pourpier de mer.

C'est une plante de bord de mer, mais pas marine en tant qu'elle, puisqu'elle ne pousse pas les pieds dans l'eau salée. On la trouve au alentour des dunes le plus souvent.
Attention à ne pas la confondre avec le Honkénie dit faux pourpier (Honckenya peploides) qui est lui aussi comestible.

Elle a l'apparence d'une plante grasse, avec ses feuilles charnues, et est riche en oligo-éléments, en provitamine A et bêta-carotène. Il a aussi des propriétés anti oxydantes.

 

Outre qu'elle est très jolie visuellement, elle est aussi très intéressante gustativement de par son côté croquant et rafraîchissant.

Une plante dont je n'ai pas su quoi faire sur le moment, et qui a une odeur presque citronnée ou anisée : la criste marine, appelée aussi "fenouil marin" ou "perce-pierre".

On la trouve accrochée aux falaises et aux rochers. Sa culture sous serre peut être une possibilité pour la déguster de nouveau, car sa récolter est interdite en milieu naturel.

Elle est beaucoup utilisée en cosmétologie et para-pharmacie, mais c'est aussi un légume oublié au goût salé et piquant.

 

Voilà pour quelques légumes de la mer, je vous en montrerais d'autres dans un billet qui je l'espère n'attendra pas 1 an !

Mais en attendant bien évidemment une recette.

En testant les différents légumes de Gilles, comme je suis assez bec sucré, je me suis inspirée de la recette de tourte aux bettes de Nice de Jacques Médecin, pour réaliser une tarte sucrée aux bettes maritimes.

La bette maritime ou Beta vulgaris subsp. maritima est une plante herbacée halophile comme la salicorne, de la famille des chénopodiacées. On la trouve aussi sous le nom de betterave maritime ou poirée.

Comme je l’indiquais, nous sommes dans la pleine période des bettes maritimes, il est même temps d’en profiter. Elles vont commencer à fleurir.

Pour la petite histoire, la bette maritime est l’ancêtre des bettes, mais aussi de nos betteraves tant fourragères que potagères! Ici, je ne vous parle que des feuilles, mais la racine de la bette maritime est tout aussi comestible.

La bette maritime est un excellent légume de la mer, riches en vitamines et sel minéraux.

   

Les feuilles de la bette maritime peuvent aussi bien se manger crues que cuites. Si l’envie vous prend d’en manger en salade, mieux vaut alors récolter des feuilles en début de saison, elles seront plus tendres, et agréables à manger crues. Pour le reste de la saison, cuites en gratin, en soupe ou simplement blanchies en accompagnement d’un poisson.
Même si d’aspect la feuille parait fibreuse et coriace, au final il n’en est rien.

 

Je lui ai donné bien évidemment des airs bretons avec une pâte sablée au sarrasin issue du livre de cuisine d'Eric Jubin, pâtissier - chocolatier à Pont-Aven, Finistère : "Vive le blé noir" (édition Coop Breizh).

Quand le Sud rencontre la Bretagne :o)
             

Tarte sucrée de sarrasin
         

aux bettes maritimes et épices
          

Pâte brisée au sarrasin

150 g de farine de froment
100 g de farine de blé noir
150 g de beurre
5 g de sel
10 g de sucre
1 oeuf eau (si besoin)

Garniture

50 g de bettes maritimes
1 pomme (type golden)
1 tasse de raisins secs
2 c. à soupe de rhum brun
1 tasse de poudre d'amande
3/4 de tasse de sucre cassonade
2 c. à soupe d'huile d'olive
1 pincée de sel
1 c. à café de cannelle en poudre
3 oeufs moyens
4 c. à soupe bien pleines de crème épaisse entière
option : 2 c. à soupe de pignon

Mettre les raisins à gonfler dans le rhum brun.

Préparer la pâte sablée au sarrasin :

Préchauffer le four à 180°C.

Préparer la garniture :

Laver les feuilles de bettes maritimes et les équeuter pour le garder que la feuilles, comme pour des épinards.
Emincer les feuilles en fines lanières.

Eplucher la pomme, retirer les pépins et couper en brunoise.

Dans un saladier, mélanger la cassonade, la poudre d'amande, l'huile d'olive, le sel, la cannelle, les oeufs et la crème épaisse.
Ajouter la pomme, les raisins avec le rhum et les lannières de bettes matitimes, et mélanger.

Etaler un cercle de pâte sablée pour faire le fond de la tarte.
Abaisser le reste de pâte sablée et découper des petits cercles à l'emporte pièce.

Beurrer et fariner un moule à tarte et y déposer le fond de pâte sablée.
Verser la garniture dans le fond de tarte et déposer les petits cercles de pâte dessus.

Enfourner pour 30-40 mn vérifier la cuisson.
Laisser refroidir et saupoudrer de sucre glace.

 

 

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Contrat Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Macaronette et Cie.

Posté par Totchie à 10:29 - Dessert - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 juin 2015

Travers de porc mijoté - recette japonaise du Chef Hiromitsu Nozaki

Comme vous le savez pour accompagner mes billets sur le Japon, que vous retrouverez sur mon blog photo "Par le viseur de l'objectif", j'essaie d'accompagner ces billets d'une recette locale.

Cette fois, il s'agit bien d'une recette japonaise, mais pas une spécialité de l'étape sur laquelle je vous ai fait un billet : Himeji.

Nous n'y avons fait qu'une étape de quelques heures le temps de visiter le château et les jardins... donc pas assez de temps, pour vraiment y découvrir une spécialité locale.
Cependant je ne voulais pas vous laisser sans une recette japonaise pour rester dans le thème et l'esprit. Alors je me suis tournée vers un livre que j'adore, un vrai livre de cuisine japonaise, qui sort des éternels sushi, maki, brochettes (tepaniaki)... ou des livres de cuisine pseudo japonaise ! Quoi qu'il commence à y avoir des vrais livres de cuisine japonaise dans les rayons.

Ce livre n'est autre que "Le livre de la vraie cuisine japonaise" (éd. Chêne). C'est l'un des livres de cuisine les plus vendus au Japon, qui a été traduit en français, il y a quelques années. Il regroupe des recettes de Chefs japonais : Hiroshi Fukuda, Koichiro Goto, Eiji Ishikawa, Wataru Kawahara, Hirohisa Koyama, Yoshihiro Murata, Himomitsu Nozaki et Masamotsu Takahashi.

Un livre culte qui constitue une bible de la véritable cuisine japonaise.

J'en profite aussi pour sortir des recettes sucrées pour une recette salée de travers de porc que j'aime beaucoup. La viande est fondante et parfumée. 

Pour rendre la viande fondante, comme dans la recette chinoise de Filet mignon de porc Char Siu, on utilise de la pâte de soja : fermentée pour les Chinois que l'on appele "furu", et de la pulpe pressée pour les japonais : appelé "okara" (que l'on trouve dans les épiceries japonaises ou coréennes sur Paris).

 

Une recette japonaise qui change.

Travers de porc mijoté

du Chef Hiromitsu Nozaki

Pour 5 personnes

Ingrédients

500 g de travers de porc (préféré la partie où il y a moins d'os) ou de lard avec beaucoup de chair.
100 g d'okara (pulpe pressée de soja)
1/2 daikon (radis blanc japonais)
le vert d'un poireau
1 morceau de 4 cm de gingembre frais
420 ml d'eau
60 ml de saké (que l'on peut remplacer par du vin chinois Shaoxing)
1 c. à soupe de sucre
30 ml de sauce soja
60 ml de mirin
1 tige de Bok-choy ou ici du vert de blette

Accompagner avec de la moutarde

Couper finement le gingembre frais.
Eplucher et couper le daikon en rondelle de 2 cm d'épaisseur et tailler les bords.
Faire cuire le bok-choy à la vapeur.

Faire dorer le morceau de travers de porc dans une poêle non huilée en commençant par le côté gras.
Jetter la graisse au fur et à mesure.
Il faut que toutes les faces soient dorées.

Plonger la viande dans de l'eau bouillante pour retirer la graisse. Resortir la viande.

Dans une marmite, porter à ébullition le porc, 2 l d'eau et l'okara.
Couvrer et laisser mijoter 1h à 1h30 à feu doux.

Précuire les rondelles de daikon départ eau froide non salée.
Assez la cuisson lorsque les rondelles deviennent transparentes. Il faut qu'elles restent fermes.

Lorsque la viande est fondante, arrêtre la cuisson, et plonger la viande dans l'eau.
Porter à ébullition et sorter de la viande, puis la couper en morceaux de 2 cm d'épaisseur.

Dans une marmite propre, mettre les daikon, la viande,
les 420 ml d'eau, le saké, le sucre, la moitié de la sauce soja, le mirin, le vert de poireau et faire chauffer à feu moyen.
Maintenir la température autour de 90 °C et faire mijoter pendant 20 - 25 minutes.

Ajouter le reste de sauce soja et le gingembre.
Recouvrir d'un papier cuisson avec des trous et faire mijoter encore 5 à 10 minutes.

Dresser les assiettes et ajouter le bok-choy, et accompagner de moutarde.
Accompagner ici de riz japonais complet.

 

Et pour accompagner ce billet, un nouveau billet de mon périple japonais pour partager quelques photos du château d'Himeji
et des jardins de Koko-en, lors d'une pause de quelques heures lors de notre départ pour Kyoto.

Himeji

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 13:29 - Dessert d'ailleurs - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 juin 2015

Panna cotta noix de coco et compotée mangue - passion au rhum

Il fait beau, on pense à l'été et un peu d'exotisme.

La chaleur n'aidant pas à faire des gâteaux élaborés et même donnant plutôt envie de fraîcheur, quoi de mieux qu'une panna cotta : c'est frais, c'est facile à faire et en général bien agréable en été.

Ici une version où le lait est remplacé par du lait de coco, accompagné d'une association que j'aime beaucoup la mangue et le fruit de la passion. Pour lier les 2 fruits du rhum mais que l'on peut remplacer par du jus de fruit de la passion pour les enfants.

Un petit dessert comme je les aime au final :o)
           

Panna cotta noix de coco
  

et compotée de mangue-passion et rhum
 

pour 6 panna cotta

Ingrédients

500 ml de lait de coco
250 ml de crème liquide entière
5 feuilles de gélatine
40 g de sucre

1 mangue juste mûre
2 fruits de la passion

30 g de sucre cassonnade
2 c. à soupe de rhum brun
1/4 de c. à café de maïzena

Faire ramollir les feuilles de gélatine dans de l'eau bien froide.

Porter la crème liquide et le lait de coco avec le sucre juste à début ébullition.
Hors du feu y ajouter la gélatine essorée et la dissoudre dans la crème.
Répartir dans les ramequins et laisser prendre au réfrigérateur au moins 6 heures.

Eplucher la mangue et la couper en dès pas trop petit (taille macédoine de légumes) et mettre dans un récipient.
Couper les fruits de la passion
et ajouter la pulpe avec les pépins.
Faire un caramel avec la cassonnade, et y ajouter les fruits laisser cuire quelques minutes le temps.
Ajouter le rhum mélanger à la maïzena, et mélanger.
Laisser tièdir.

Répartir la compotée de kumquat sur les panna cotta noix de coco.
Réserver au frais jusqu'au moment de servir.

 

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 19:57 - Dessert - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,