Macaronette et cie

Et pourquoi pas vous donnez envie de cuisiner, et de partager mes recettes de cuisine, mes découvertes culinaires, mes envies, coups de coeur. La cuisine c'est le lieu le plus conviviale et de partage.

29 juin 2016

Baba de camelo - une spécialité portugais au nom surprenant

Il y a des erreurs, propices à des découvertes. Et à rigoler :o)

Au détour d'une discussion lors d'un repas, dont j'ai oublié le thème, j'ai voulu faire rire une copine au sujet de ma capacité plus que limitée (parler d'incapacité serait plus exacte d'ailleurs) de lire le portugais !

Pour l'histoire, j'avais fait quelques courses dans un magasin de spécialités portugais, et j'en avais profité pour acheter du lait concentré... C'était bien écrit "leite condensado" (ça je reconnais), mais même si écrit en plus gros et clairement, j'avais omis de lire "Cuzido" ! Ben évidemment ça veut dire "cuit"... Enfin j'avoue qu'au moment de mon achat, j'ai surtout pensé que c'était le nom du produit, et non pas la consistance de mon fameux lait concentré.

Une fois ouverte, surprise ! Soit le lait était vraiment très passé, soit il y avait erreur sur le produit. Pas de lait concentré, mais de la confiture de lait ! J'en fut quitte pour retourner faire des courses pour le lait concentré.

Ceci étant il me restait le lait concentré cuit, donc la confiture de lait sur le bras (enfin dans la boîte).

En montrant la boîte à ma copine... qui elle parle portugais ! Elle a m'a fait remarqué qu'il y avait une super recette d'écrite sur la boîte... Ben c'était évident ! Où avais-je la tête !
Après une franche rigolade, elle m'a gentiment traduit la recette :o) Ma boite de lait concentré cuit était sauvé.

Merci Dominique de m'avoir fait découvrir cette spécialité portugais, et d'avoir pris le temps de la traduction, surtout du nom de ce dessert, qui se traduit par "bave de chameau", et de tes explications sur la texture qui explique le nom de ce dessert typique.

Pour résumer, le "baba de camelo" est une mousse de confiture de lait. C'est une mousse coulante, la texture grâce aux blancs en neige est mousseuse certes, mais lors de la dégustation, la mousse coule.

Soyons clair, c'est une recette très simple qui ne compte que 2 ingrédients du lait concentré sucré (cuit ou pas) et des oeufs. Mais simple, ne veut pas dire légère. C'est assez bourratif.

Pour la confiture de lait à base de lait concentré, j'ai repris la méthode que m'avait apprise Nina (comme quoi le gens survivent dans nos mémoires par leur enseignement) et que j'avais utilisé pour les Alfajores.

Un dessert rustique, qui mérite d'être découvert.
        

Baba de camelo
      

Pour 6 personnes

Ingrédients

1 boîte de lait concentré sucré - environ 400 g (ou de lait concentré "cuit" - vous n'aurez pas alors à faire la 1ère étape de cuisson du lait concentré)
5 oeufs moyens
amandes effilées (ou poudre d'amandes)

Mettre de l'eau dans une cocotte minute, et y mettre la boîte de lait concentré sucré non ouverte.
L'eau doit arriver à la moitié de la boîte.

Fermer la cocotte minute, et laisser cuire entre 40 minutes à 1 heure.
Faire échapper la vapeur, sortir la boîte de lait concentré sucré, et laisser la boîte refroidir complètement.

Séparer les blancs des jaunes.

Mélanger au fouet les jaunes avec la confiture de lait.

Monter les blancs en neige (avec une pincée de sel), puis incorporer délicatement à la confiture de lait.

Répartir dans des verrines, et saupoudrer d'amandes effilées préalablement torréfiées.

Réserver au réfrigérateur.
Sortir une dizaine de minutes avant dégustation.

  

Alors ça vous plait la bave de chameau ?

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 15:22 - Dessert d'ailleurs - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 juin 2016

Kvæfjordkaken aux framboises – ou le gâteau national norvégien...

On part en Scandinavie, et plus précisément en Norvége, pour un gâteau norvégien appelé : Kvæfjordkaken.

Le Kvæfjordkaken dans sa version traditionnelle est un gâteau composé d'un biscuit type génoise surmonté de meringue, d'une crème vanillée et d'amandes.

Le Kvæfjordkaken a été créé dans le milieu des années 30 par les soeurs qui dirigeaient le Café Alliance à Harsta, dans les îles Lofoten dans le Nord de la Norvége, tout près du Kvæfjord (d'où le nom du gâteau vous l'aurez compris). Sa recette dériverait de 2 autres recettes dont celle d'un gâteau danois aux amandes appelés "kongekake" (soit gâteau des rois), dont Hulda Ottestad l'une des 2 soeurs, avait acheté les recettes pour 200 couronnes (une fortune à l'époque).

Dans les années 70, le Kvæfjordkaken est devenu célèbre en Norvége au travers d'un article de recette dans le magazine Norsk Ekeblad de Brita Edland (surnommée "Mor Hubro" - mère hibou). C'est depuis cette époque qu'on l'a surnommé "Verdens beste", soit "meilleur du monde", mais on lui donne aussi les surnoms de «marengsterte» (tarte à la meringue), de «drømmen» (rêve)...

En 2002, le Kvæfjordkaken a été désigné gâteau national norvégien par les auditeurs de l'émission de radio Nitimen. L'auteur Ola Bremmes lui a même dédié un hymne "Hymne til Kvæfjordkaka".

Même si vous n'arrivez pas à prononcer le nom de ce gâteau, il a toute une histoire.

La recette que j'ai utilisée est celle trouvée sur le site du magazine norvégien Dagens Næringsliv. Il s'agit d'une recette de Sverre Sætre, chef pâtissier norvégien, qui dirige une pâtisserie sur Briskeby à Oslo. Ses recettes sont en général très bonnes et originales. Outre la version traditionnelle, il propose des versions à la crème d'orange, à la meringue rose... Bref, une recette qui se prête à de multiples variantes.

Ici, j'y ai ajouté des framboises pour apporter de la fraîcheur et une point d'acidité. Il faut dire aussi que c'est la saison.

Peut-être pas le meilleur gâteau du monde, mais il mérite d'être connu car c'est vraiment pas mal.

Kvæfjordkaken aux framboises
       

pour 8 personnes

Ingrédients

Pâte du dessous

200 g de beurre ramolli
200 g de sucre
160 g de jaunes d'oeufs
8 c à soupe de lait entier
200 g de farine
2 c. à café de levure chimique

Meringue

175 g de sucre
100 g de blancs d'oeufs
des amandes effilées

Préchauffer le four à 160 °C

Pour la pâte : Crémer le beurre et le sucre.
Ajouter ensuite les jaunes et le lait, bien mélanger. Puis ajouter la farine et la levure de boulanger.

Diviser la pâte en 2 et étaler la pâte sur 2 plaques de cuisson de 22x30 cm

Monter les blancs en neige, puis les serrer avec le sucre.

Répartir la meringue sur les 2 biscuits (pas encore cuits) et saupoudrer d'amande effilées

Enfourner pour 20 minutes à 160 °C puis baisser à 140°C et laisser encore 10 minutes.

Démouler et laisser refroidir sur une grille.

Crème vanillée aux framboises

2 feuilles de gélatine
1 gousse de vanille
300 ml de lait entier
60 g de sucre
60 g de jaunes d'oeufs
20 g de fécule de maïs

250 ml de crème liquide entière

environ 250 g de framboises fraîches

Faire ramollir les feuilles de gélatine dans de l'eau bien froide.

Réaliser une crème pâtissière vanillée :
Porter le lait à ébullition avec la vanille coupée en 2 et grattée,
parallèlement, dans un grand bol fouetter les jaunes, la fécule de maïs et le sucre.

Hors du feu, verser le lait bouillant sur le mélange en fouettant doucement.
Verser le mélange dans la casserole, et faire épaissir.

Hors du feu ajouter gélatine préalablement essorée de son eau.
Réserver filmer jusqu'à refroidissement.

Monter la crème liquide en crème fouettée, et l'incorporer dans la crème pâtissière.

Déposer dans un plat un des biscuits, répartir de la crème vanillée sur le dessus
puis répartir les framboises et finir en recouvrant du reste de crème vanillée.
Puis déposer le 2ème biscuit sur le gâteau.

 

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 08:34 - Dessert d'ailleurs - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 juin 2016

Mousse chocolat au piment d'Espelette sur brunoise d'avocat au citron vert

La semaine dernière pour la seconde fois, j'ai participé à une soirée "Arômes et vin" à l’atelier 750 grammes.

Cette année la marque venait nous présenter ses innovations en terme de présentation de bouteille sur le thème de la fraîcheur. Pour ceux qui ne connaissent, Arômes et vin propose des boissons aux arômes naturels à base de vin. Lors de la soirée, on retrouve le classique Pamplemousse de la marque, mais ausi une multitude d'autres arômes comme la fraise, le melon, la griotte, le fruit de la passion, la pêche...

Bien évidemment, comme nous étions à l'atelier 750 g, il n'était pas question de se croiser les bras, et l'Equipe de 750 g nous a proposé un petit challenge : réaliser des 4 verrines différentes (2 salées, 2 sucrées) avec des produits représentant un pays.
J'ai fait équipe avec Pupuce, Brigitte, Clémence... Notre équipe constituée, il fallut tirer au sort le pays des produits imposés que nous allions travailler : ce fût le Brésil.

Au programme : boeuf, haricots rouges, chocolat, poivrons rouges, maïs en grains, avocat et fruit de la passion.

Pas facile !

Bien évidemment en terme de verrine sucrées, l'avocat et le chocolat se sont imposés. C'est la recette que je vous propose ici. Bien évidemment, restaient les 3 autres verrines, qui furent : crème sucrée d'avocat et galettes de maïs, carpacicio de boeuf au fruit de la passion et salade brésilienne au maïs, poivron et haricot rouge.

C'est clair, nous avons pris beaucoup de liberté avec la gastronomie brésilienne...

L'avocat et le chocolat est une association étonnante, mais qui fonctionne très bien. C'est pour cela que je n'ai pas hésité de refaire notre petite verrine en dessert du week-end.
Et le tout accompagné d'un vin aux arômes naturels de pêche.
         

Mousse chocolat au piment d'Espelette
 

sur brunoise d'avocat au citron vert
  

pour 6 verrines individuelles

Crumble amande 

75 g de farine
65 g de poudre d'amande
60 g de beurre pommade
30 g de sucre (un peu plus si vous préférez un crumble bien sucré - en général, je diminue bien le sucre)
1 pincée de fleur de sel

Préchauffer le four à T6 (180°C).

Dans un récipient, mélanger la farine, le sel, la poudre d'amande et le sucre.

Ajouter le beurre pommade en petits cubes et mélanger à la main de façon à former une pâte sableuse.

Réserver la pâte à crumble au réfrigérateur pour au moins 1/2 heure.

Répartir le crumble sur une plaque et faire cuire une dizaine de minutes.
Laisser refroidir.

Brunoise d'avocat au citron vert

1 avocat
1 citron vert

Eplucher et couper la chair de votre avocat en brunoise.
Arroser de jus de citron vert, mélanger et réserver.

Mousse chocolat

150 g de chocolat noir
3 oeufs
1 blanc
25 g de sucre
50 g de crème liquide
sel
piment d'Espelette

 Mettre le chocolat noir à fondre au bain-marie ou au micro-ondes.
Mélanger et laisser tiédir.

Séparer les blancs des jaunes.

Mélanger les jaunes avec le chocolat fondu, puis ajouter la crème liquide.
Ajouter du piment d'Espelette selon votre goût.

Monter les blancs en neige puis serrer avec le sucre.
Incorporer délicatement les blancs en neige à la crème chocolat en 2 fois.

Dans le fond des verrines, déposer un peu de brunoise d'avocat citronnée.
Saupoudrer de crumble.
Puis couvrir d'une couche de mousse au chocolat.
Déposer de nouveau de la brunoise d'avocat, puis un peu de crumble et finir avec de la mousse au chocolat.

Réserver au réfrigérateur.

 

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 21:22 - Dessert - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 juin 2016

Zaru Soba (ざるそば) aux sobas faites maison - Nouilles de sarrasin froide et sauce

Cela fait un petit moment que je n'avais pas fait la suite de mon périple japonais sur mon blog photo, et donc je ne vous avais pas proposé par la même occasion une recette liée à une des étapes.

Cette fois, mon billet photo vous emmène au travers de notre petite escapade dans les Alpes japonaises, soit la région de Nagano, une région réputée pour ses sobas 蕎麦 (qui signifie "sarrasin").

Pour cette recette, vous n'aurez pas besoin de vous déplacer au Japon, pour trouver des soba ! On en trouve très facilement dans les magasins japonais ou coréens de Paris, mais aussi dans les magasins asiatiques de façon général, et même parfois dans les rayons saveurs du monde de nos supermarchés. Maintenant si vous êtes au fin fond de la campagne, il est toujours possible d'en commander sur le net.

Généralement on peut trouver les sobas accompagnées de sauce toute faite. Ici des sobas rapportés du Japon.

   

Bien évidemment et c'est l'objet de ce billet, vous pouvez faire vos sobas maison. C'est tellement bon ! Un peu comme lorsqu'on fait les pâtes italiennes maison. Alors si vous avez un peu de temps ne vous en privez pas.

Pour faire les sobas maison, j'utilise la recette du Chef Shuji Ozeki, et sa vidéo. Très explicite.

Je ne vous dirais pas que cette recette est facile, mais avec quelques adaptations, on y arrive tout de même. Vous n'aurez peut-être pas les mêmes sobas qu'un maître sobas, mais le résultat est concluant pour des pâtes maisons.

Tout d'abord, si vous n'avez pas l'habitude de travailler des pâtes délicates, je vous conseille de modifier les proportions de farine de sarrasin et de farine de froment. En effet contrairement au sarrasin, le froment contient du gluten, qui donne de l'élasticité à la pâte, moins vous mettez de froment et plus la pâte est friable.
Pour un 1er test, faite moitié froment et moitié sarrasin, le goût sera plus doux, mais la pâte plus facile à travailler.

Petit à petit à force de faire des soba, le coup de main viendra, et vous arriverez à réduire la quantité de farine de froment pour aller jusqu'aux proportions de la recette initiale.

Autre chose : la farine de sarrasin artisanale, c'est bien. Mais bien souvent sa finesse n'est pas la même que la farine plus "industrielle", ce qui rend là aussi la pâte plus délicate à travailler. Une farine du commerce sera plus simple à utiliser qu'une farine artisanale pour des 1ers essais.

Bien évidemment, ce ne sont que des conseils pour commencer à faire soi-même ses sobas 蕎麦, mais vous pouvez tester tout de suite avec les proportions de la recette ci-dessous. Et même faire vos propres tests.

De mon côté, il me reste à parfaire la technique de découpage des sobas. Je n'ai pas encore la coupe régulière. Maintenant l'avantage de ne pas maîtriser la technique, c'est que ça montre bien qu'elles sont faites maisons ;o) ça fait plus artisanal !

Une fois les sobas 蕎麦 réalisées, je vous propose ici une recette testée au Japon pour le petit déjeuner : les nouilles de soba froides.  
           

 Zaru Soba (ざるそば)
     

Nouilles de sarrasin froide
     

pour 3 personnes

Nouilles soba maisons

Ingrédients

200 g de farine de sarrasin
50 g de farine de froment
120 - 150 ml d'eau froide

Mettre les 2 types de farine dans un récipient et les mélanger à sec.
Ajouter petit à petit de l'eau, et mélanger la pâte à chaque ajout d'eau.
Pétrir la pâte jusqu'à l'obtention d'une pâte homogène et souple.

   

Former un cône et l'écraser avec la paume de la main. On obtient un joli rond.

   

N'oubliez pas de fleurer avec de la farine votre plan de travail pour éviter que la pâte ne colle.

Etaler la pâte avec un roulant en cercle.
Enrouler ensuite la pâte dans un sens autour du rouleau, puis rouler le rouleau 3 fois avec la pâte.

   

Dérouler la pâte faire tour la pâte à 180°C, puis la ré-enrouler autour du rouleau.
Rouler la pâte 3 fois et dérouler la pâte : vous obtenez un carré.

Après il s'agit d'étaler la pâte sur 1 à 2 mm d'épaisseur.
En principe, il faut utiliser un rouleau plus long et fin, mais je n'en ai pas. Alors j'étale le plus fin possible.

Plier en 3 ou 4 la pâte et la saupoudrer de farine de sarrasin : vous obtenez un rectangle.
Couper de fines lamelles de pâtes d'environ 2 mm d'épaisseur avec couteau fin.
Récupérer les lamelles de soba tranchées, et retirer le surplus de farine, avant de les mettre dans la boîte.

   

Cuisson : 1 minutes dans de l'eau bouillant salée.
Les rincer sous l’eau froide pour stopper la cuisson.

Sauce Men Tsuyu (めんつゆ)
          adapté des de recette du livre "Tokyo - les recettes cultes" et du site "Just one cookbook"      préparer la sauce bien avant la préparation des sobas

Ingrédients

50 ml de saké ou de l'eau selon votre goût
100 ml + 2 c. à soupe de mirin
50 ml de sauce soja (en principe on met 100 ml - mais perso je trouve que c'est alors trop salé)
5 cm x 5 cm de kombu (algue - 昆布)
1 poignée de flocons de bonite séchée (katsuobushi - かつおぶし)
1 c. à soupe de sucre de canne

Dans une casserole porter le saké à ébullition.
Ajouter le mirin et la sauce soja, et porter de nouveau à ébullition.
Ajouter la bonite et le kombu et laisser cuire 5 minutes.

Laisser infuser jusqu'à complet refroidissement.
Filtrer.

Vous pouvez déguster vos nouilles froides avec la sauce.
ici accompagnées de prune salée, d'algues marinées et de piment

  

et voilà ce que donne les pâtes toutes faites achetées dans le commerce

 

 
  

Et comme toujours pour accompagner mes billets de cuisine japonaise, un nouveau billet de mon périple japonais pour partager quelques photos des Alpes japonaises et surtout du village de Shirakawa-go.

Visite dans les Alpes japonaises

village de Shirakawa-gō (白川郷)

 

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 21:30 - Plat d'ailleurs - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 juin 2016

Bolo de milho verde com coco - Gâteau de maïs et noix de coco (Brésil)

Il y a des discussions qui m'amènent à chercher des recettes. Pour tout vous dire au départ, je cherchais une recette de galette de maïs sucrée. Il paraît que c'est une spécialité au Brésil... Perso, je connais des recettes de galettes de maïs mexicaines, vénézueliennes... mais rarement sucrées. Mais pas la version brésilienne. Et comme je suis curieuse, j'ai recherché.

Seulement voilà à part les crêpes de tapioca, je n'ai pas trouvé de recettes sucrées de galettes de maïs brésiliennes... J'ai bien trouvé les panqueca de milho verde, mais cela reste des crêpes salées Il y a bien quelques recettes sucrées, mais qui relèvent plus d'une idée personnelle de l'auteur des blogs ou sites, que d'une véritable tradition culinaire brésilienne.

Cependant au travers de mes recherches, je suis tombée sur le Bolo de milho verde, qui semble être un gâteau de maïs très populaire au Brésil. 

Vous me direz pas étonnant qu'en Amérique du Sud, et donc au Brésil, on trouve des recettes en tout genre à base de maïs, puisque c'est le continent d'origine du maïs. Au travers de mes recherches, il s'avère que le gâteau de maïs est typique de la culture culinaire indien, et pas seulement des indiens du Brésil, mais de quasi tous les indiens des Amériques.
Aux États-Unis, on trouve le corn cake ou cornbread, au Vénézuela le torta de jojoto, et dans d'autres pays d'Amérique Latine le torta de maíz...

En revenant à la version brésilienne, le gâteau de maïs (bolo de milho verde) est lié à une légende Guarani. En langue Tupi, on parle de mbojape pour le gâteau de maïs, même si cela ne ressemble pas à la version d'aujourd'hui.

Il y a des centaines et des centaines de recettes de bolo de milho verde sur la toile aussi différentes les unes que les autres. Mais 3 versions sont vraiment plus présentes que les autres : une version qui ressemble à un flan, une version gâteau type cake et une version mélangeant maïs et noix de coco.

C'est cette dernière version que j'ai testé avec la recette de Cris, un gâteau de maïs avec de la noix de coco.

Un gâteau original et étonnant à découvrir.
       

Bolo de milho verde com coco
   

Pour un moule à savarin

Ingrédients :

2 oeufs entiers
100 ml d'huile de tournesol
180 g de maïs jaune en boîte (avec le jus)
90 ml de lait entier

125 g de farine de froment
1 c. à café de levure chimique
55 g de noix de coco en poudre
60 g de farine de maïs jaune
120 g de sucre

Pré-chauffer le four à 190°C

Dans un mixeur, mixer les oeufs, le maïs, l'huile et le lait jusqu'à l'obtention d'un mélange liquide.

Mélanger tous les autres ingrédients dans un récipient,
puis verser petit à petit le 1er mélange en fouettant la pâte.

Verser la préparation dans un moule préalablement beurré et fariné.

Enfourner pour 30 minutes suivant votre four.
Vérifier la cuisson au couteau.
Démouler et laisser refroidir sur une grille.

 

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 19:44 - Dessert d'ailleurs - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juin 2016

Zòng zi (粽子) - Gâteaux de riz gluant triangulaires fourrés (2 versions pour le plaisir)

Savez-vous que demain jeudi 9 juin pour les chinois, ce sera la fête des bateaux-dragon (端午节 - duānwǔ jié) ? Maintenant vous le savez :o) Ce sera un jour férié en Chine.

La fête des bateaux-dragon est célébrée le 5 du 5ème mois lunaire, d'où son autre appellation de "fête du Double cinq". On dit qu’elle marque l’entrée dans les chaleurs de l’été... et vu la météo du jour ça a l'air de marcher !

Outre de multiples festivités, c'est l'occasion du festival des bateaux dragons (fête inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de UNESCO depuis 2009), où a lieu des courses de bateaux-dragons. Au Japon, elle se rapproche de la fête des enfants japonaise chimaki ち まき.

S'agissant de la fête des bateaux-dragon, elle est en l'honneur du premier poête Qu Yuan (屈原). La légende dit qu'après l'invasion du royaume et l'écriture de son dernier poême, il alla se noyer. Les habitants en allant rechercher son corps, jetèrent des boulettes de riz gluant enveloppées de feuilles de bambous - Zòng zi (粽子) - pour éviter que les poissons ne mangent son corps.

Depuis lors pour la fête des bateaux-dragon, il est de tradition de préparer des  Zòng zi (粽子). Il s'agit de riz gluant cuit à la vapeur ou bouillie enveloppé dans des feuilles de bambous. Le riz peut être salé ou sucré et fourré de différentes garnitures.

Personnellement je n'ai pas eu l'occasion d'être en Chine pour la fête des bateaux-dragon, ce qui fait que j'ai au final découvert ce qu'étaient les triangles entourés de feuilles de bambous suspendus grâce à ma copine Margot (Recette d'une chinoise).

Pour réaliser des Zòng zi (粽子), il faut trouver des feuilles de bambou.

 

On trouve assez facilement des feuilles de bambous séchées dans les grands supermarchés asiatiques (Tang Frères ou Paris Store...). Elles donnent le goût si caractérisque de ces petits triangles (que l'on peut aussi trouver tout fait dans les magasins, mais c'est mieux de les faire maison).

Pour utiliser les feuilles de bambous séchées, on les assouplit. A noter mieux vaut les laver avant de les préparer en les trempant dans l'eau et les essuyant.

Si vous n'en trouvez pas vous pourrez les remplacer par des feuilles de bananier, mais cela ne donne pas le même goût. J'ai tenté de faire des Zòng zi (粽子) avec des feuilles de Pandamus (ou feuilles parfumées) mais elles sont vraiment trop étroites.

S'agissant du riz, il faut prendre du riz gluant.

Le riz gluant est un riz très collant et amidonné. Il ne faut pas le confondre avec les riz dit japonais, qui est amidonné mais beaucoup moins (et qu'on utilise pour les sushi ou maki) - bien qu'il existe une variété de riz japonais gluante qui sert pour la fabrication des mochis. Comme pour toute variété de riz, il existe différents types de riz gluant : long, rond, noir, rouge...

J'ai testé les Zòng zi (粽子) avec 2 types de riz gluant, et perso je préfére le riz gluant rond.

Ici je vous propose 2 versions : 1 proche de la traditionnelle et une version plus personnelle.

Pour la 1ère version : j'ai fourré mes Zòng zi (粽子) avec de la jujube (Ziziphus zizyphus) ou datte chinoise ou de Pékin.

La jujube, fruit du jujubier, est cultivée en Chine depuis des millénaires. Par chez nous, on le cultive dans le Languedoc, où on l'appelle le chichourlier.
Petit fruit de forme ovale, vous trouverez de la jujube dans les supermarchés asiatiques. Elle se présente soit confite comme des dattes (au milieu sur la photo ci-dessus, appelée alors "datte chinoise" ou "datte de Pékin") ou déshydratée (à gauche).
Je vous avais déjà proposé des recettes à base de jujube.

datte

En Chine, les gens mangent aussi la jujube fraîche telle que, comme on mangerait une pomme chez nous. Ci-dessous des jujubes croisées à la sortie du temple du ciel.
Chez nous, il m'est déjà arrivé d'en trouver des fraîche à Grand Frais lorsque c'est la saison.

DSCF4160

En principe pour les Zòng zi (粽子), on utilise de la jujube séchée que l'on réhydrate. Comme ce n'est pas la forme de jujube que je préfére, j'ai utilisé la jujube sous sa forme confite.
       

粽子甜枣 (Zòngzi tián zǎo)
    

Gâteaux de riz gluant
     
à la jujube sucrée
     

Pour 5 - 6 Zòng zi

Ingrédients

200 g de riz gluant
30 g de sucre (optionnel - en principe il n'y a pas de sucre)
Environ une vingtaine de jujube sucrée (datte chinoise)
12 feuilles de bambous séchées

Laisser le riz tremper dans de l'eau froide au moins 2 heures (voir une nuit).

(si vous prenez des jujubes séchées - les laisser tremper dans l'eau tiède pendant 2 heures au moins).

Préparer les feuilles de bambous :

Nettoyer les feuilles avec une feuille de sopalin humide
Les mettre dans une marmite avec de  l'eau froide,
porter le tout à ébullition pendant 5 minutes.
Arrêter le feu et laisser les tremper 20 minutes de plus dans l'eau chaude de cuisson, puis on les laisse sécher.

Egoutter le riz et mélanger le sucre avec le riz

Former les Zòng zi : je vous mets le lien vers la vidéo de Margot plus parlante que mes photos.

A noter : il faut couper la queue des feuilles avant de les plier.

   

Remplir les Zòngzi alternativement de riz, puis de jujube.
Refermer les Zòngzi et les attacher avec une ficelle.

Plonger les 30 minutes dans l'eau bouillante.
Egouter et laisser refroidir un peu.

 

         
Pour la 2ème version de Zòng zi (粽子), je ne suis pas certaine que ce soit très traditionnelle. Ici j'ai juste eu envie de faire une version peut-être plus abordable pour les occidentaux avec des goûts plus connus.
     

粽子椰子香蕉 
         

(Zòngzi xiāngjiāo yēzi)
      

Gâteaux de riz gluant coco - banane
     

Pour 5 - 6 Zòng zi

Ingrédients

200 g de riz gluant
30 g de sucre (optionnel - en principe il n'y a pas de sucre - vous pouvez en mettre plus si vous souhaitez, selon votre goût)
30 g de poudre de noix de coco
1 banane (juste mûre)
12 feuilles de bambous séchées

Laisser le riz tremper dans de l'eau froide au moins 2 heures (voir une nuit).

Préparer les feuilles de bambous :
Procéder comme la recette précédente.

Egoutter le riz et mélanger le sucre et la poudre de noix de coco avec le riz.
Eplucher et couper la banane en morceaux.

Former les Zòng zi : je vous mets le lien vers la vidéo de Margot plus parlante que mes photos.

Remplir les Zòngzi alternativement de riz, puis de morceaux de banane.
Refermer les Zòngzi et les attacher avec une ficelle.

Plonger les 30 minutes dans l'eau bouillante.
Egouter et laisser refroidir un peu.

  

Très bonne fête des bateaux-dragon :o)
     

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie