Macaronette et cie

Et pourquoi pas vous donnez envie de cuisiner, et de partager mes recettes de cuisine, mes découvertes culinaires, mes envies, coups de coeur. La cuisine c'est le lieu le plus conviviale et de partage.

20 octobre 2019

Cornichons au vinaigre et épices

Malgré les échecs cuisant de la culture des cornichons dans le potager, nous avons plaisir à préparer des bocaux de cornichons au vinaigre.

J'en profite dès que j'arrive à en trouver dans les magasins lorsque c'est la saison (soit l'été ou début d'automne).

Bien évidemment vu la date de publication de ce billet, cette recette sera pour la saison prochaine pour vous, mais je ne sais pas si je penserai à la partager d'ici là. Alors autant le faire maintenant.

Cette année, j'ai tenté la recette du chef belge étoilé Karen Torosyan (champion du monde 2015 de pâté-croûte), qu'a partagée Sylvie "Des Epices à ma guise". Une recette riche en épices, qui me donnait très envie.

C'est une recette on ne peut plus simple, comme je les aime, et dont on profite toutes l'année. Elle se fait en 2 étapes.
         

Cornichons au vinaigre et épices
      

Ingrédients

Pour 1 kg de cornichons frais

1ère saumure :

1 l d'eau minérale
100 g de gros sel

2ème saumure :

500 ml de vinaigre de vin blanc (de préférence à l'ancienne)
250 ml d'eau minéral
250 ml de vin blanc sec
100 g de sucre

1 c. à soupe de graines de coriandre
1 c. à soupe de graines de moutarde jaune
1 c. à soupe de graines de fenouil
1 c. à soupe de baie de poivre rose
3 clous de girofle
3 baies de genévrier
1/2 botte d'estragon
1/2 botte d'aneth

Brosser les cornichons en les passant sous l'eau froide un par un.
Mettre les cornichons dans un récipient ayant un couvercle.

Réaliser la 1ère saumure :

Porter à ébullition l'eau minérale avec le gros sel et laisser bouillir quelques minutes pour bien dissoudre le sel.
Verser la saumure bouillante par dessus, fermer le récipient avec le couvercle.
Laisser 1 heure à température ambiante, puis mettre réfrigérateur pour une macération de 12h.

Le lendemain :

Laver, ébouillanter et bien essuyer les bocaux.

Répartir les herbes et les épices dans les bocaux.

Rincer les cornichons à l'eau froide pour bien les dessaler, puis les égoutter.
Les essuyer ensuite avec un linge propre, puis les déposer dans les bocaux.

Réaliser la 2ème saumure :

Porter à ébullition tous les ingrédients de la 2ème saumure, et verser directement ce mélange sur les cornichons.

Fermer tout de suite les bocaux.
Laisser à température ambiante pendant 24 heures.

Conserver dans un endroit bien frais pendant 3 semaines avant de les consommer.

  

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 21:26 - Divers - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

16 octobre 2019

Zereshk Polow (زرشک پلو) - Riz au safran et épine vinette iranien et kofta kebab

Il y a quelque temps, nous avons eu l'occasion de tester de la cuisine iranienne. Une cuisine très intéressante et parfumée qui m'a donné envie de faire ce fabuleux riz au safran et à l'épine vinette.

Pour ceux qui comme moi, ne connaissent pas ce qu'est l'épine vinette (zereshk /زرشک en persan ou Berberis vulgaris que l'on trouve aussi sous les noms de  berbéride, myrtille sauvage d’Iran, ou barberies - d'ailleurs en anglais on les appelle barberry) : c'est le petit fruit rouge carmin du vinettier.
C'est une petite baie acidulée, qu'il faut consommer lorsqu'elle est bien mûre (apparemment avant elle peut être légèrement toxique). Dans le commerce, on la trouve séchée et prête à l'emploi.
Elle peut s'utiliser tant en cuisine qu'en pâtisserie. On en fait notamment de la confiture.

  

En France, le vinettier a longtemps servi à faire des haies entre les cultures. Cependant cet arbuste a quasi été éradiqué car il est vecteur d'un champignon appelé "rouille noire", qui détruit les cultures céréalières. Bilan, on n'en trouve plus chez nous que dans les alpages ou dans les villes.

Cette petite baie est un incontournable de la cuisine iranienne. Ce n'est biensûr pas la seule cuisine à l'utiliser, puisqu'on retrouve aussi l'utilisation de l'épine vinette dans la cuisine ouzbek, pakistanaise, afghane...

Pour trouver de l'épine vinette, direction le quartier iranien dans le 15ème arrondissement de Paris, et notamment "rue des entrepreneurs". Vous y trouverez des épiceries iranienne, dont l'épicerie Eskan, qui vend aussi par internet ^ω^. Il y a biensûr d'autres épiceries iraniennes dans le quartier, mais je n'ai pas encore eu suffisamment le temps d'y traîner pour les découvrir et tester lmes restaurant locaux.
Pour ce qui est de l'Eskan, c'est une véritable caverne d'Ali-baba, entre les épices, les pâtisseries et douceurs, et les divers produits en direct d'Iran... Tout donne envie. Et j'avais envie ici de leur faire un clin d'oeil pour saluer la gentillesse de la personne, qui m'a donné des conseils sur l'utilisation des produits que j'y ai acheté.

Et oui parce que j'ai été faible ! J'y ai acheté de l'épine-vinette bien évidemment, mais aussi du safran d'Iran, des prunes séchées (dite Alou) pour faire un khoresh, des raisins verts au goût acidulés là encore pour faire un khoresh... et bien d'autres choses.

Il va y avoir de la cuisine iranienne à la maison ^ω^ - peut-être une façon d'apaiser les relations internationales !

Mais passons en cuisine.

Pour faire le riz à l'iranienne, en plus des conseils de la personne du magasin, je me suis aidée de 2 vidéos : celle de Henrys HowTos, un Chef installé en Australie qui explique particulière bien et dans les détails la méthode de cuisson, et d'une vidéo de My Dastarkhwan, qui montre aussi la cuisson de l'épine vinette.

La cuisson du riz à la perse n'est pas de celle que l'on fait sur un coup de tête. Cela demande un peu de temps. Il y a 3 phases de réalisation :

1. Nettoyage et trempage du riz - le temps de trempage selon les recettes va de 30 mn à 2h00 ;
2. Cuisson à l'eau bouillante - c'est la phase délicate, car le temps de cuisson est assez rapide entre 5 à 10 minutes selon le riz basmati utilisé. Il faut donc bien surveiller et tester le riz pour s'assurer de sa cuisson al dente ;
3. Cuisson à l'étouffée.

Pour réaliser ce riz, on utilise un riz de type Basmati. Ce qui me fait dire qu'il faudra que je regarde comment on cuit le riz en Inde.

Bien évidemment, nous n'allions pas manger le riz seul (quoique !). Je l'ai donc accompagné de brochettes de viande hachée façon kebab, en réalisant les kofta kebab iranienne d'Henrys HowTos.

Comme je n'avais pas de brochettes plates, j'ai utilisé des brochettes classiques en inox... et ça fonctionne très bien ! Donc ne nous privons pas (^_-)

Zereshk Polow (زرشک پلو)

Riz au safran et épine vinette iranien

et kofta kebab
        

Zeresk polow

Ingrédients

400 g de riz basmati

50 g d'épines vinettes séchées
1 c. à café de safran
4 c. à soupe d'eau chaude
2 c. à soupe de sucre
de l'huile d'olive
sel

Laver et rincer 3 fois le riz basmatti, puis le couvrir d'eau froide à 2 cm au dessus de la surface du riz.
Réserver 30 minutes (certaines recettes vont jusqu'à 2h).

Faire bouillir de l'eau dans une cocotte.
Lorsque l'eau bout, mettre une c. à café rase de sel et 1 c. à soupe d'huile d'olive.

Ajouter le riz préalablement égoutté.
Laisser cuire entre 5 à 10 minutes - tester le riz il faut qu'il soit al dente (légèrement croquant mais pas trop)

Lorsque le riz est al dente, l'égoutter et le rincer à l'eau froide.

Déposer le riz en pyramide dans la cocotte, et faire des trous dans le riz avec le manche d'une cuiller en bois.
Couvrir et laisser chauffer à feu doux pendant environ 10 minutes.

Passer ce temps, ajouter 1 petit verre d'eau au riz et 1 c. à soupe d'huile d'olive.
Mélanger légèrement.
Mettre un linge au dessus de la cocotte, déposer le couvercle dessus
et remonter le reste du linge au dessus du couvercle.

Mettre à feu doux pendant 50 minutes environ (voir 1 h).

Préparation de l'épine vinette :

Laver et égouter l'épine vinette.

Réduire le safran en poudre, et le mélanger avec l'eau chaude.

Faire revenir dans une poêle les épines vinettes dans l'huile quelques minutes.
Saupoudrer de sucre, puis ajouter 1 c. à soupe d'eau safranée.

Laisser cuire quelques minutes.

Mélanger le reste de l'eau safranée avec une partie du riz basmati.

Avant de servir déposer le riz basmati dans un plat à service, et entourer du riz safrané.
Saupoudrer des épines vinettes

Kofta kebab iranienne

pour une dizaine de brochettes

500 g de viande hachée de boeuf
500 g de viande hachée d'agneau
1 oignon
2 tomates à chair ferme (type Roma)
1 c. café de poivre
1 c. à café de poudre de cumin
1/2 c. à café de poudre de curcuma
1 belle poignée de persil plat

(optionnel : 1 oeuf)

Eplucher et haché l'oignon.
Laver, essuyer et couper les tomates en brunoise (petits dés).

Laver, sécher et hacher le persil plat.

Presser l'oignon et les tomates pour retirer leur eau.

Dans un récipient, mettre les viandes, les épices, les tomates, l'oignon et le persil,
(ajouter l'oeuf à ce stade)
mélanger et malaxer quelques minutes.

Couvrir et réserver au réfrigérateur à minima 1 h.

Former les brochettes - réaliser un boudin de viande et former autour de la brochette.
Pour éviter que cela colle à la main, humidifier votre main.

  

Réserver au réfrigérateur les brochettes pendant 1 h minimum
(cela va éviter que la viande ne tombe de la brochette)

Faire cuire sur grill ou au barbecue.

Servir avec le riz au safran et épine vinette.

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 11:35 - Plat d'ailleurs - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

30 juin 2019

Brioche à la purée de banane aux pépites de chocolat

L'avantage lorsque l'on maîtrise les recettes de base... C'est qu'il ne reste plus qu'à se faire plaisir et improviser des essais.

Après avoir testé la brioche à la purée de courge et à l'huile de noix de coco, pourquoi pas cette fois faire une brioche à la banane. J'entends remplacer le beurre ou matière grasse par de la purée de banane.

Bien évidemment, ce n'est pas une brioche classique, et bien évidemment j'en entends déjà certains qui vont se dire qu'on est loin de la brioche traditionnelle pure beurre. Certes mais c'est tout l'intérêt des essais, tenter d'autres expériences gustatives et de textures. Et pour les traditionnalistes... La vraie recette de brioche, celle que l'on apprend en CAP pâtisserie, celle avec du bon beurre dedans est ici ^ω^ (et ceux qui veulent du traditionnel avec moins de beurre : la brioche vendéenne c'est ici).

Ici, ce n'est absolument pas pour faire un régime, ou pour supprimer les produits laitiers (d'autant que ma recette contient du lait - que vous remplacerez si vous le souhaitez par autre chose à votre envie). Il s'agit ici d'un pur essai, dans la veine du "pourquoi", ou du "si on essaie puisque j'ai des bananes en perdition".

Alors on reprend ma recette de brioche de base et on l'adapte.

Le résultat est vraiment pas mal. La purée de banane donne du goût, mais pas trop prononcé tout de même. Personnellement n'aimant pas trop les desserts à la banane, je préfére ce léger goût de banane.

S'agissant de la texture, elle est
                   

Brioche à la purée de bananes
      

aux pépites de chocolat
     

Pour 1 brioche

Ingrédients

300 g de farine (type farine de gruau ou T 55)
20 g de levure fraîche de boulanger
40 g de sucre (voir plus pour ceux qui aiment les brioches assez sucrées)
1 pincée de sel
1 oeuf moyen
130 ml de lait tiède
80 g de bananes bien mûres

100 g de pépites de chocolat noir

1 jaune pour dorer

Mélanger la levure au lait tiède et laisser fermenter 5 minutes.

Dans le bol d'un robot avec le bras du pétrin, mettre la farine, le sel, le sucre, le lait + levure et l'oeuf.
Pétrir à vitesse moyenne pendant 10 minutes afin que les ingrédients s'incorporent.

Réduire la banane en purée à l'aide d'une fournchette.

Lorsque les ingrédients sont bien mélanger ajouter la purée de bananes,
et pétrir pendant 10 à 15 minutes à vitesse moyenne.

Mettre la pâte dans un récipient, filmer au contact et laisser pointer 20 minutes à température ambiante.
Dégazer, et incorporer dans la pâte les pépites de chocolat.
Mettre la pâte dans un récipient, filmer et laisser reposer au réfrigérateur minimum 1 heure.

 Dégazer la pâte et la façonner.
Déposer la pâte dans un grand moule à cake préalablement beurré ou filmer d'un papier cuisson.
Dorer au jaune d'oeuf, saupoudrer de graines de courges et laisser pousser pendant 1 heure.

Pré-chauffer le four à 165°C.
Dorer de nouveau la brioche et enfourner pour 25 - 30 minutes suivant votre four.

Démouler et laisser refroidir sur une grille.

  

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 21:50 - Brioches et Viennoiseries - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 juin 2019

Chocolat - Framboise (de Christophe Felder)

En faisant ce billet, je m'aperçois que je suis abonnée à l'association framboise - chocolat. Cela fait plusieurs entremets que je présente avec cette association, en bûche, en gâteau classique... 

Il faut dire que c'est une association qui fonctionne parfaitement, et que j'aime personnellement beaucoup. Je n'ai plus assez de framboises dans le jardin cette année, pour faire mes desserts avec des framboises maisons - petit problème qui devrait être résolu pour l'an prochain avec la plantation d'une dizaine de nouveaux framboisiers dans le jardin ^ω^. Mais l'avantage en cette saison, c'est que l'on trouve de jolies framboises fraîches sur nos marchés ou dans les jardins de cueillette, alors on va en profiter.

Même hors saison de la framboise, il est tout à fait possible de faire cet entremets. La framboise n'étant pas entière, sauf pour la décoration, il est tout à fait possible de le réaliser avec des framboises surgelées.

C'est vraiment un fruit qui permet de faire de jolis entremets ou desserts tout l'année.

Cette fois, ce n'est pas une recette de mon cru, mais une des recettes de Christophe Felder issu de son livre "Patisserie" - livre que j'avais acheté pendant mes années CAP, et que j'avoue ne pas ouvrir bien souvent !

N'étant pas fan des gâteaux au chocolat quand il sont trop chocolat, j'avoue qu'au fil des réalisations de cette recette, j'ai légèrement adaptée l'oeuvre du maître, ne trouvant pas la recette assez framboisée à mon goût.
C'est bien évidemment un goût personnel, c'est pourquoi je vous donne ici les proportions de la recette d'origine du livre (soit divisé par 2), avec les indications de mes ajouts ponctuels pour rendre ce gâteau plus framboisé sans pour autant faire disparaitre le chocolat bien évidemment.

Dans la recette originale, il est utilisé un chocolat noir à pâtisserie à 70% - certains pourront penser que ce dessert sera alors trop amer ou trop dur en chocolat. Mais cela n'est absolument pas le cas, l'acidité de la framboise contre-balance parfaitement l'amertume du chocolat noir.
Pour ceux qui n'ont pas de chocolat noir à pâtisserie à 70 %, ou n'ont pas envie d'en acheter. J'ai déjà réalisé cette recette avec un chocolat noir à pâtisserie à 55 %, et cela passe tout aussi bien. Le chocolat est certes moins soutenu, mais cela reste très bien équilibré.

Un entremets qui plait beaucoup, et que je referais avec plaisir si l'occasion se présente.
   

Chocolat - Framboise

Pour réaliser celui de 22 cm de diamètre - il m'a fallu la moitié des quantités et pour l'entremets de 18 cm de diamètre : 1/3 des quantités.

Sirop à la framboise

50 g de framboises
25 ml d'eau
1/8 de jus de citron
25 g de sucre

Mixer les framboises
Mélanger tous les ingrédients, et faire chauffer jusqu'à ébullition
(à noter que cette phase n'est pas dans le livre - le sirop n'est pas chauffer - mais personnellement je trouve que cela donne plus de goût)
 Réserver et laisser refroidir.

Compote de framboise

180 g de confiture de framboises avec grains
125 g de framboises

Verser la confiture et les framboises dans une casserole,
faire cuire durant quelques minutes sur feu doux en mélangeant avec une spatule.
( Ici personnellement, je passe le mélange au tamis et ne mets qu'une partie des pépins - sinon je trouve que c'est vraiment trop)

Réserver et laisser refroidir.

Biscuit au chocolat

60 g de jaunes d'oeufs 
75 g de farine
10 g de cacao en poudre
120 g de blancs d'oeufs
90 g de sucre

Préchauffer le four à 180°C.

Dans un récipient, travailler légèrement les jaunes avec une fourchette.
Tamiser ensemble la farine et le cacao en poudre.

Monter les blancs en neige, et les serrer au sucre.

Incorporer délicatement les jaunes d'oeufs aux blancs en neige.

Verser doucement le mélange farine et poudre de cacao, et incorporer délicatement.

Couvrir une plaque de cuisson avec une feuille de papier cuisson.
Pôcher deux biscuits de la taille du cercle ou cadre que vous utiliserez.
Ici un peu plus que 22 cm de diamètre.

Cuire environ 15 minutes.
Laisser refroidir sur une grille.

Mousse au chocolat

250 g de crème liquide entière (à noter j'ajoute 2 cuil à soupe de mascarpone pour rendre la crème montée plus onctueuse)
45 g de sucre
25 ml d'eau
2 jaunes d'oeufs
1 oeuf entier
110 g de chocolat noir (70%)

Placer la crème liquide au congélateur le temps de commencer la confection de la mousse.

Faire un sirop avec l'eau et le sucre et faite le cuire jusqu'à 118°C.

Pendant ce temps, fouetter les jaunes et l'oeuf.
Verser le sirop à 118°C sur les oeufs, et fouetter vivement au batteur électrique pour obtenir une mousse légère et crémeuse.

En parallèle, faire fondre le chocolat au bain marie.

Monter la crème liquide (et le mascarpone pour moi) pour obtenir une crème montée.

Incorporer le chocolat fondu dans la crème aux oeufs,
puis ajouter la crème montée.

Chablonner le biscuit

40 g de chocolat noir
du sucre glace

Faire fondre le chocolat,
et à l'aide d'un pinceau enduire la surface d'un des biscuits de chocolat fondu.

Mettre au réfrigérateur et quand le chocolat a pris saupoudrer de sucre glace.

Montage :

 Déposer le cercle ou cadre sur un plat de service, et chemiser le avec du ruban rhodoïd.
Mettre le biscuit enduit de chocolat dedans, le côté chocolaté au fond du gâteau.

Imbiber de sirop à la framboise à l'aide d'un pinceau.

Verser la moitié de la mousse au chocolat, égaliser et lisser avec une spatule.

Déposer le deuxième biscuit au chocolat.
Imbiber ce deuxième biscuit de sirop à la framboise.
Ajout personnel : Verser une partie de la compote de framboise.

Verser le reste de la mousse au chocolat, lisser à la spatule.

Réserver l'entremets au réfrigérateur le temps que la mousse prenne (soit environ 6 heures).
A noter que cet entremets n'a pas besoin d'être congelé.

Etaler la compote de framboise juste tiéde sur le dessus.
Réserver au réfrigérateur.

  

La recette s'arrête là en principe, mais pour donner du croustillant je décore ce gâteau avec des bâtonnets de meringue.

Bâtonnets de meringue chocolatée

105 g de blancs d'oeufs
210 g de sucre glace
2 c. à soupe de poudre de cacao amer

Préparer un bain-marie.

Dans un cul de poule mettre le sucre glace et les blancs d'oeufs et commencer à les fouetter.

Déposer le cul de poule sur le bain-marie et continuer de fouetter jusqu'à ce que le mélange prenne du volume et devienne brillant.
Lorsque la meringue est tiéde, continuer de fouetter hors du feu jusqu’à complet refroidissement.
Incorporer rapidement la poudre de cacao tamisée.

Mettre la meringue dans une poche avec une douille ronde.

Sur une feuille de papier cuisson, pocher 2 plaques de lignes de meringue.

Enfourner à 100°C pendant 1h30.

Décoration : bâtonnets de meringue, framboises, chocolat blanc et pâte d'amande pour les fleurs.

  

En grande version :

  

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.        

 Contrat Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 20:51 - Dessert - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 mai 2019

Mini tatin de fenouil à l'orange

Après les tatins de tomates cerises dont j'avais mis la recette, il y a quelques années, voici un nouvel amuse-bouche dérivé d'une autre ancienne recette de mon blog : la tatin de fenouil, (quand je revois cette époque de mon blog, je me dis que ce dernier a beaucoup évolué tant dans mes techniques que le visuel).

Comme quoi on peut adapter les recettes comme on le souhaite.

Les tatins de fruits ou de légumes, c'est au final assez simple à faire : de la pâte feuilletée, un caramel purement sucré ou salé/sucré et des fruits ou des légumes.
Contraire aux tatins de tomates cerises, la tatin de fenouil implique de faire pré-cuire le fenouil préalablement.

C'est un peu ma recette "manque de temps" pour l'apéritif ou les entrées.
 

Mini tatins fenouil à l'orange
             

        
Pour 12 minis tartelettes

Ingrédients :

2 fenouils
un reste de pâte feuilletée maison (ici la recette) ou de la pâte feuilletée du commerce (2 rouleaux)

90 g de sucre
1 orange à jus bio
20 cl de vinaigre (plutôt un vinaigre clair - ici du vinaigre de Pineau des Charentes)

poivre

Laver les fenouils et les couper en tranches dans la largeur d'un peu plus de 1 cm d'épaisseur.
Les faire cuire à la cocotte minutes pendant 6 à 7 minutes ou à la vapeur.

Laver et prélever des filaments de zeste de l'orange à l'aide d'un zesteur.
Prélever 50 ml de jus d'orange.

Préchauffer le four à 190 °C (T° 6 -7)

Mettre le sucre, le jus d'orange et le vinaigre dans une casserole et faire un caramel pas trop épais.
Il faut vraiment que votre caramel soit sirupeux.

Lorsque le caramel est prêt, le répartir dans 12 minis moules à mini tartes
ou comme ici des moules à Pastéis de nata.

  

Répartir les filaments de zeste d'orange, puis déposer le fenouil en rosace assez serré.

Étaler la pâte feuilletée, la piquer et couper 12 rondelles de pâte feuilletée du diamètre de vos moules.
Les déposer sur le fenouil.

Enfourner pour 20 minutes.
Attendre 5 minutes avant de les démouler.

Servir tiède de préférence.

  

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.        

 Contrat Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 10:00 - Amuse-bouche - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 mai 2019

Flan aux oeufs salé japonais... le chawanmushi (茶碗蒸し)

Après la cuisine de manga, si on revenait à une recette japonaise plus traditionnelle, et pour le coup ultra simple.

Le Chawanmushi (茶碗蒸し) ou "bol de thé à la vapeur" est un flan à base d'oeufs et de dashi (bouillon de bonite). Son nom lui vient sûrement du fait qu'il est cuit à la vapeur (mushi - 蒸し) dans un petit bol à thé (chawan - 茶碗).

D'après la "Nihon chawanmushi kyōkai" (日本茶碗蒸協会), le chawanmushi serait originaire du manoir de Tojin à Nagasaki. On en retrouverait la 1ère trace en 1689.
Mais si cela peut vous amuser, il existe une chanson folklorique de Kagoshima, qui parle de ce plat : "Chawanmushi no Uta".

Mais revenons à la cuisine, il s'agit ici d'une entrée assez légère, qui accompagne généralement des sushi.

Le chawanmushi est cuit à la vapeur, ce qui permet d'éviter de la brûler et de surtout conserve toutes les saveurs des ingrédients. Car le chawanmushi est un flan salé mais garni.
Pour cuire à la vapeur, j'utile un couscoussier ou des paniers vapeurs sur une casserole d'eau bouillante.

En principe, on met des graines de ginko dans le chawanmushi, mais je n'en ai pas toujours... et comme je ne suis pas japonaise, je n'en met pas forcément. Cette recette sera donc sans ginko.
Après on y trouve généralement du poulet, des crevettes, des carottes, du kamaboko (蒲鉾 - une sorte de surimi à base de poisson blanc souvent colorée), des champignons (shimeji, shiitake...)... Ici, j'ai fait en fonction des légumes et champignons que j'avais.

A vrai dire, on peut y mettre ce que l'on veut.

Pour réaliser le flan, on compte un ratio de 1 portion d'oeuf pour 4 portion de bouillon dashi. Personnellement, j'aime y mettre un peu plus d'oeuf que les japonais, cela donne un flan plus ferme avec moins de bouillon.
Là, ce sera pour vous une question de goût. Dans la recette qui suit, je donne les portions japonaises.

Personnellement, j'aime bien en préparer le soir pour faire un repas léger et rapide. Dans ce cas, je continue à le faire dans des bols à thé japonais, mais j'en mange 2 - ω^ - En réalité, c'est juste parce que je ne veux pas avoir à recalculer le temps de cuisson suivant mon contenant.

Une recette classique à la maison, aussi classique que la soupe miso (que je mets aussi à toutes les sauces).
            

Chawanmushi
       

(茶碗蒸し)
      

Pour 6 bols à thé

Ingrédients

350 ml d'eau
1 cuil à soupe de poudre de dashi instantané (à défaut du fumet de poisson - mais ce ne sera pas le goût de la bonite)
3 oeufs moyens (perso j'en mets 4)
2 c.à café de sauce soja (de préférence de la sauce soja claire (usukushi))
2 c. à café de mirin

1 arrière cuisse de poulet désossé (on peut mettre du blanc de poulet, mais la viande autour de l'os à généralement plus de goût)
6 crevettes non cuites
4 c. à café de saké

1 carotte
18 shimeji champignons
2 shiitaké (à noter si vous n'avez pas de champignons asiatiques des champignons de paris font très bien l'affaire)
12 asperges sauvages
des feuilles de mitsuba (persil japonais - à défaut des feuilles de coriandre)

Faire bouillir une partie de l'eau et y dissoudre la poudre de dashi.
Ajouter le reste d'eau.
Votre bouillon doit être froid à température ambiante.

Couper la viande de poulet en petits morceaux, et réserver dans un bol avec 2 c. à café de saké.
Décortiquer les crevettes, et réserver dans un bol avec 2 c. à café de saké.

  

Eplucher et laver la carotte, et couper 18 tranches de 1 à 2 mm d'épaisseur
Ici j'ai utilisé un emporte pièce pour les découper en fleur.

Laver les champignons, et les essuyer.
Couper le bout des tiges des shimeji.
Couper les shiitakés en 2 puis en tranches.

Laver les asperges sauvages et couper les tiges à la largeur de vos bols à thé.

Laver et sécher les feuilles de mitsuba ou de coriandres.

Battre les oeufs juste pour les mélanger (inutile de les faire mousser)
Ajouter le bouillon dashi, la sauce soja et le mirin.
Mélanger et filtrer - cela permet d'enlever la chalaze des oeufs et avoir un flan lisse.

Dans le fonds de bols à thé, déposer les morceaux de poulet, les crevettes
et l'ensemble des légumes.

  

Répartir l'appareil à flan dans les bols, en laissant au moins 1/2 cm du bord.
Filmer les bols ou les couvrir de papier aluminium.

Cuire à la vapeur pendant 10 minutes.

Déguster chaud.

  

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 19:56 - Entrée - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,