Macaronette et cie

Et pourquoi pas vous donnez envie de cuisiner, et de partager mes recettes de cuisine, mes découvertes culinaires, mes envies, coups de coeur. La cuisine c'est le lieu le plus conviviale et de partage.

01 septembre 2015

Etonnante pâte à pizza à l'eau gazeuse

Je préfére vous prévenir de suite (pour éviter les commentaires désobligeant qu'on peut avoir de temps à autre, quoique comparé à d'autres, j'en ai très peu. Mes lecteurs ou visiteurs sont des gens plutôt aimables et cordiaux.) : les puristes... passez votre chemin, car ce n'est pas ici une recette de pâte à pizza dans les règles de l'art, ni celles de pizzaiolo ou mamas italiennes.

J'ai trouvé cette recette un soir où il me fallait une recette rapide de pâte à pizza prête le plus rapidement possible... Seulement là aussi si vous cherchez une pâte à pizza rapide, passez votre chemin.
Il y a des soirs où je n'ai pas les yeux en face des trous, en tout cas pas suffisamment pour lire jusqu'au bout une recette et faire attention aux temps de repos. Il ne s'agit donc pas d'une pâte à pizza rapide.

Mais comme je le disais dans le titre, c'est une pâte à pizza étonnante, et franchement réussie, malgré sa non conventionnalité.

C'est sur le blog de "Piroulie" que je l'ai découverte. Elle la tenait elle-même du blog de Mouni ("RDV aux Mignardises", un blog que j'aime beaucoup et dont j'ai été rarement déçue des recettes).

Même si dubitative à la lecture des ingrédients, je me suis dit pourquoi ?

Ce fût une excellente surprise ! Elle donne une pate moelleuse, aérée et croustillante à l'extérieur. On croirait une vraie pâte à pizza. Une recette que je vais conserver précieusement.

Cette recette contient 2 types de levure : chimique et boulangère. Je pense que l'on doit pouvoir se passer de la levure chimique, dont au final je n'ai mis que la moitié de la quantité indiquée.

Le secret doit tenir dans l'utilisation d'eau gazeuse.

Ici je ne vous donne que la recette de la pâte. Sur cette base libre à vous d'y mettre ce que vous souhaitez, aimez ou avez à la maison.
   

Pâte à pizza à l'eau gazeuse
     

Pour 3 pizzas de 25- 30 cm de diamètre

Ingrédients

500 g de farine type 55 ou 65 ou Gruau
260 ml d'eau gazeuse
1 c. à soupe de levure chimique
20 g de levure de boulanger fraîche
4 c. à soupe d'huile d'olive
1 c à café de sel
1 c. à café de sucre en poudre

Pétrir avec le bras pétrin d'un robot, tous les ingrédients ensemble pendant 10 à 15 minutes.

Une fois la pâte pétrie et homogène, bouler et déposer la pâte dans un bol huilé, la couvrir et la laisser reposer 1h30 à température ambiante.
Elle va gonfler et tripler de volume.

Dégazer la pâte, la bouler et mettre dans un récipient, filmer et laisser reposer au minimum 2 heures au réfrigérateur
Moi je l'ai laissé quasi 12 heures, l'ayant faite la veille au soir.

Préchauffer le four pendant au moins 20 minutes à 220 - 240 °C.

Au moment de faire les pizza, découper la pâte en 3 morceaux et former les pizza.
 Garnir selon votre envie. De base, je mets toujours du coulis de tomate, de l'origan et de la mozzarella.
Mais on peut aussi mettre simplement de l'huile d'olive et des herbes afin de faire un pain d'accompagnement.

 

Enfourner sur une plaque pour 10 - 15 minutes.
Déguster !

Ici j'avais fait 2 types de pizzas, sur une base de coulis de tomates et mozzarela :
         

l'une avec du chèvre, des figues séchées et du miel
         

  


             

l'autre avec jambon cru, chorizo et des olives vertes
         

   

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

 

Posté par Totchie à 07:57 - Plat d'ailleurs - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

29 août 2015

Mitarashi Dango (みたらし団子)

Ah vu le titre de ce billet, ça sent de nouveau la recette japonaise et un petit billet photographique sur le Japon. Et oui !

Cette fois, je vous propose une petite douceur, une variété de Dango "団子", que nous avons pu mangé tout au long de notre séjour : les Mitarashi Dango (みたらし団子).

Cette recette n'est pas typique de Kyoto, mais on mange des Mitarashi Dango partout au Japon, frais directement grillés sur un barbecue ou même acheté au rayon frais des konbini (コンビニ – pas les meilleurs d'ailleurs). Les Mitarashi dango seraient originaires de Tokyo, créé par Kamo Mitarashi Tea House, d'où leur nom.

De base, le Dango "団子" est une boulette faite à base de pâte de mochi, soit une pâte à base de riz gluant et d'eau. En principe, on fait cuire du riz gluant à la vapeur et on le tape longuement pour en faire une pâte bien lisse. Nous l'avons vu faire au Japon... Je ne tenterais pas l'aventure, on peut faire plus simple ;o)

A partir de cette base, on trouve diverses variétés de Dango : l'anko Dango : recouvert de pâte de haricot rouge (azuki), les hanami dango "花見だんご" : de 3 couleurs (vert, blanc, rose) faits pour la saison des cerisiers en fleur (photo ci-dessous), les kinako dango : dango recouvert de poudre de soja.... et les Mitarashi Dango (みたらし団子) dont la recette va suivre (photo ci-dessous).

 

Les Mitarashi Dango sont des brochettes de dango, d'en principe 5 boulettes mais plus souvent 3, que l'on fait légèrement grillées au barbecue et que l'on recouvre d'une sauce sirupeuse à base de sauce soja. En principe, les boulettes sont natures, mais on en trouve parfois des au sésame noir (comme sur la photo ci-dessus).

Au Japon, pour ceux que nous avons mangé, c'est soit salé et quasi pas sucré, soit légèrement sucré. Comme pour les autres douceurs japonaises, c'est toujours peu sucré.

Question de goût, après avoir testé plusieurs recettes, j'aime beaucoup la recette du blog "Just one cook book" : pas trop sucré même si plus qu'au Japon et la texture de dango est parfaite. Pour ce faire, elle mélange de la farine de riz gluant à de la farine de riz, ce qui améliore la texture et facilite la fabrication.
On trouve aussi des recettes, plus pour la hanami dango, qui mélange de la farine de riz gluant et de la pâte de soja. A tester pour voir ;o)

A noter ici j'ai réalisé cette recette avec de la farine de riz japonaise.

Farine de riz (joshinko - 上新粉 - paquet rose) et farine de riz gluant (shiratamako - 白玉粉 - paquet vert)

Je ne suis pas sûre que la farine de riz des magasins bio soient utilisables. En effet, mais je n'ai pas testé toutes les marques de farine de riz, généralement la mouture de la farine de riz asiatique ou japonaise est plus fine que la mouture européenne. J'aurais tendance à vous conseiller de prendre des farines de riz en magasins asiatiques, japonais ou coréens de préférence.

C'est une recette très facile à faire, qui plaira à ceux qui ne veulent ni gluten, ni gras, ni trop de sucre. Que demander de plus ? Généralement je divise les quantités en deux, ce qui permet de n'avoir que 4 brochettes, et une petite douceur rapide.

Avec un bon thé vert, chaud ou froid, personnellement j'adore.
         

Mitarashi Dango
     

(みたらし団子)
     

Pour 8 brochettes de 3 boulettes

Pour les dango

Ingrédients

100 g de farine de riz (joshinko - 上新粉)
100 g de farine de riz gluant (shiratamako - 白玉粉)
25 g de sucre
150 ml d'eau chaude

Pour la sauce

Ingrédients

5 c. à soupe de sucre
1 c. à soupe de sauce soja (de préférence japonaise - car elle est plus douce)
1 c. à soupe de mirin
9 c. à soupe d'eau
1 c. à soupe de fécule de maïs

Préparer la pâte à dango :

En mélangeant les farines de riz et le sucre, puis avec l'eau chaude afin d'obtenir une pâte homogène.
Nota : si la farine est en granulés la broyer avant de faire la pâte au pillon, cela évitera les grumeaux.

 

Diviser la pâte en 24 petites boulettes : environ 16 - 18 g chacune.

Faire bouillir de l'eau dans une casserole.
Dès l'ébullition, plonger les boulettes de pâte dans l'eau et laisser cuire jusqu'à ce qu'elles remontent à la surface.

 

Pendant la cuisson, préparer un récipient avec de l'eau froide et des glaçons.
Dès que les boulettes sont remontées à la surface, les plonger dans l'eau froide.
Mettre les boulettes en brochette sur des piques.

  

Préparer la sauce :

Dans une casserole, faire chauffer la sauce soja, le sucre, le mirin et 7 c. à soupe d'eau.
Dissoudre la fécule de maïs avec le reste de l'eau.
Lorsque le sucre est dissous ajouter la fécule diluée et cuire jusqu'à épaississement en remuant constamment.
La sauce va devenir translucide.

Faire griller les brochettes de boulettes au barbecue.
A défaut de barbecue, faire chauffer dans une poêle anti-adhéssive légèrement huilée.

  

Napper généreusement de sauce et déguster.

  

Et comme toujours pour accompagner ce billet de cuisine japonaise, un nouveau billet de mon périple japonais pour partager de nouvelles photos d'un des quartier à l'ouest de Kyoto, où nous avons visité le parc d’Iwatayama et la bambouseraie.

 Kyoto - Arashiyama (嵐山)

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 00:13 - Dessert d'ailleurs - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 août 2015

Verrine Abricot-romarin, mousse vanille et crumble noisette

Voilà la type de dessert que j'aime à faire lorsque je n'ai pas le temps de faire un gâteau plus élaboré. Je vous avais déjà proposé une version panna cotta il y a quelque temps.

Ici c'est une version un peu plus élaborée, mais rien de bien compliqué.

Généralement, je fais les préparations préliminaires tranquillement la veille voir l'avant veille, et j'assemble ma verrine le jour J. Pendant les temps de repos ou refroidissement, j'ai le temps de voir mon film ou mon émission préférée ;o)

En répartissant l'élaboration des préparations, cela donne l'impression que ce type de dessert ne prend pas de temps.

Un dessert en fraîcheur pour profiter des derniers abricots :o)

 

Verrine Abricot-romarin,
   

mousse vanille et crumble noisette
       

 

pour 6 verrines

Mousse vanille

Ingrédients

250 g de lait entier
1 gousse de vanille
quelques gouttes d'extrait de vanille (pour intensifier le goût vanillé)
100 g de sucre
100 g de jaunes d'oeufs
6 feuilles de gélatine
250 g de crème liquide

Mettre les feuilles de gélatine à ramollir dans de l'eau froide.
Fendre la gousse de vanille et gratter les grains, et mettre le tout dans le lait.
Mettre le lait dans une casserole et porter à ébullition.

Pendant ce temps fouetter le sucre, l'extrait de vanille et les jaunes (inutile de les blanchir).
Lorsque le lait bout, le verser sur le mélange sucre-jaune, et mélanger.

Remettre dans la casserole et laisser cuire en remuant constamment jusqu'à la nappe ou 85°C.
Verser dans un récipient et ajouter la gélatine préalablement essorée.
Mélanger puis réserver pour refroidir.

Monter la crème liquide et l'incorporer délicatement à la crème anglaise vanillée.
Répartir dans les verrines, et réserver au moins 6 heures au réfrigérateur.

Compote d'abricots-romarin

Ingrédients

8 abricots
20 gr de cassonade
quelques brins de romarin (à mettre selon votre goût)
quelques gouttes de citron

Réserver au réfrigérateur pendant au moins 6 heures.

Laver, essuyer et couper les abricots en petits morceaux.
Laver et essuyer les brins de romarins et hacher les au couteau.

Faire chauffer dans une casserole le sucre avec quelques gouttes de citron
ajouter la moitié des morceaux d'abricots et faire compotée
Ajouter le romarin, puis en fin de cuisson le reste des abricots
cela permet d'avoir 2 textures ou presque car ils cuiront avec la chaleur de la compotée.

Lorsque la compotée est froide, répartir la compotée sur la mousse vanille prise.

Déguster frais.

Crumble à la noisette

Ingrédients

75 gr de farine (pour intensifier le goût, si vous en avez substituer 25 g de farine, par 25 g de farine de noisette)
65 gr de poudre de noisette
60 gr de beurre pommade

30 gr de sucre (un peu plus si vous préférez un crumble bien sucré - en général, je diminue bien le sucre)
1 pincée de fleur de sel

Préchauffer le four à T6 (180°C).

Dans un récipient, mélanger la farine, le sel, la poudre de noisette et le sucre.
Ajouter le beurre pommade en petits cubes et mélanger à la main de façon à former une pâte grumeleuse ou sableuse.

Réserver la pâte à crumble au réfrigérateur pour au moins 1/2 heure.
Répartir le crumble sur une plaque et faire cuire une dizaine de minutes.
Laisser refroidir.

Avant la dégustation parsemer du crumble sur la compoté d'abricot.

  

 N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 12:16 - Dessert - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 août 2015

Cake rouge - saucisse italienne piquante, poivrons rouges et olives noires

Dans la série des cakes salés, voici le fabuleux cake rouge de mon mari ;o) un peu modifié suivant les ingrédients du placard.

J'aime beaucoup ce cake avec sa pâte de couleur rouge. Ici pas de colorant, juste du concentré de tomate, et le tour est jour.

En version cake ou version bouchée, il  est toujours très apprécié.

Voilà il est temps de profiter du jardin tant que le beau temps est là...
       

Cake rouge

saucisse italienne piquante,

poivrons rouges et olives noires
       

Ingrédients

100 g farine
50 g maïzena
3 oeufs
1 c. à café de levure chimique
100 g de lait
20 g d'huile d'olive
100 g emmenthal
100 g parmesan
1 poivron rouge
1 petite boite de concentré de tomate
sel
1 c. à café de poudre de paprika
de la saucisse piquante ou chorizo

Préchauffer le four à 180°C.

Laver et couper les poivrons rouges en dés.
Couper en cubes la saucisse italienne.
Couper les olives en 2 ou 3.

Mélanger la farine, la fécule de maïs, la levure chimique, la poudre de paprika et le sel.
Dans un autre récipient, mélanger les éléments liquides : œufs, lait et huile d’olive.
Mélanger progressivement le mélange liquide dans le mélange sec.

Ajouter dans le concentré de tomates et mélanger de nouveau, puis les dés de poivrons, de saucisse et les olives.
Mélanger.

Verser la préparation dans un moule à cake ou des moules à muffins, préalablement beurré et fariné.
Enfourner pour 45 - 55 minutes pour un cake et 15 minutes pour des muffins – vérifier la cuisson au couteau.
Démouler et laisser refroidir.

  

 

Et je ne sais pas vous, mais en Novembre je serais au Salon du Blog culinaire de Soisson.... Et vous ?

Les inscriptions sont ouvertes

Image sans légende

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 20:52 - Amuse-bouche - Commentaires [6] - Permalien [#]

19 août 2015

Valašský frgál - Tarte valaque (République Tchéque) - version poire (Hruščák) et version carotte (Mrkvák)

Puisque c’est encore la période des vacances, je vous propose une petite pause gourmande avec une recette d’un pays dont on voit peut de recettes ou spécialités sucrées : la République Tchèque.

Toujours dans mes recherches sur les recettes bénéficiant en Europe d’une IGP (Indication Géographique Protégée), j’ai découvert la recette de Valašský frgál. Ne me demandait pas comment cela se prononce, je serais bien en peine de vous le dire ;o) Mais cela avait l’air bon !

La Valašský frgál est une tarte à pâte fine levée recouverte d’une garniture et sur laquelle on a saupoudré une sorte de crumble.

C'est une spécialité de la Valašsko (Valachie morave) région dans le sud-est de la République Tchèque (à la limite de la Slovakie), et c’est en cela qu’elle a obtenue une IGP en 2013.

A l'origine, c’était une tarte faite pour les grandes occasions, comme les mariages, les baptêmes, Noël, Pâques… Dans les familles pauvres, c’était le dessert de Noël, dans les familles aisées c’était un dessert du dimanche.

Traditionnellement la garniture de cette tarte est à base de purée de poires séchées (attention pas de poires confites, mais bien séchées) bouillies et écrasées. Cela viendrait de la tradition de Valachie morave du séchage des fruits comme méthode de conservation et de la présence d’un poirier auprès de chaque maison dans la région.
Mais au travers du dossier de l’IGP, on apprend qu’il peut aussi y avoir des garnitures à la purée de quetsches, au fromage blanc, aux graines de pavot, à la pomme, à la myrtille, à l’abricot, à la noix ou à la noisette, au chou, à la carotte et même au chou-rave.

Cette liste vaudra bien de faire 2 tartes pour la peine :o)

On retrouve les 1ères mentions de recettes de Valašský frgál en 1826. C'est aussi l'époque où elle est devenue très populaire notamment à Prague.

Sur le net, pas facile de trouver une recette dans une langue connue, j’ai donc fait chauffer le traducteur afin de sélectionner la recette qui me disait le mieux et se rapprochait des indications du dossier de l’IGP. Ma recette s'inspire de celle du site Tchéque : Novinky, qui donnent différentes recettes de garniture.

On trouve deçi-delà des recettes avec des mélanges de garniture, parfois un peu à la manière des pizzas ou des tartes aux fruits composées, mais d’après le dossier de l’IGP, il n’est en principe utilisé qu’un seul type de garniture.

La taille de la tarte est aussi normalisée, car elle fait entre 30 à 32 cm de diamètre, soit la taille de la pelle qui servait à mettre le pain au four.

A la maison, bien évidemment rien n’interdit d’en faire des versions plus petites ou de la taille qui vous plaira tout simplement ! Les miennes faisaient environ 22 cm de diamètre ;o)

S’agissant de la garniture, elle doit représenter entre 42 à 48 % du poids de la tarte, ce qui en fait une tarte bien garnie.
       

Valašský frgál
          

Pour 1 tarte de 30 cm de diamètre ou 2 tartes de 22 cm de diamètre

Pour la pâte levée :
Certaines recettes ajoutent du zeste de citron dans la pâte, mais cela n’est pas conforme au dossier de l’IGP… maintenant à la maison, on fait comme on veut ;o)

Ingrédients

200 g de farine (type 45 ou un mélange de 1/3 T55 et 2/3 T45)
2 jaunes d’œufs
50 g de beurre doux ramolli
25 g de sucre
15 g de levure de boulanger fraîche
100 g de lait entier
1 pincée de sel

de l’œuf pour dorer les bords.

Dans un récipient, dissoudre la levure de boulanger dans le lait tiédi y mélanger un quart de la quantité de sucre.
Couvrir d'un film et laisser pousser pendant 20 à 30 minutes. La pâte va buller.

Dans le bol d'un robot avec le bras du pétrin, mettre la farine, le sel, le reste du sucre, les jaunes et le levain.
Pétrir à grande vitesse pendant 5 minutes afin que les ingrédients s'incorporent.
Lorsque les ingrédients sont bien mélangés ajouter le beurre mou et pétrir pendant 10 à 15 minutes à vitesse moyenne.

Mettre la pâte dans un récipient, filmer au contact et laisser pousser dans un endroit chaud pendant 1 heure environ.
Lorsque la pâte a doublé de volume, la dégazer, la bouler et la laisser pousser de nouveau 1 heure.

Pour le crumble :

Ingrédients

80 g de beurre
60 g de sucre en poudre
120 g de farine
Option un peu de sucre vanillé, du zeste de citron et de cannelle

Mélanger tous les ingrédients du bout des doigts afin d’obtenir une pâte à crumble.

Voici 2 recettes de garniture :

Garniture à la poire séchées (Hruščák)
         

J'ai ici quelques peu adaptée à mon goût la recette d'origine du site Novinky, qui était beaucoup trop sucrée à mon goût. Je vous mets cependant les quantités d'origine entre parenthèse.

Ingrédients

250 g de poires séchées (300 g)
20 g de pommes séchées
80 g de sucre (150 g)
100 g de confiture de prunes (ici de la mirabelle)
60 g de pain d’épice écrasé (100 g)
1 c. à café de poudre de cannelle
1/2 c. à café de poudre de clou de girofle
(anis étoilé - je n'en avais pas !)
1 c à soupe de rhum brun

Faire tremper les fruits séchés pendant trois heures dans de l'eau froide.

  

Les égoutter et les couper en petits morceaux, et les faire cuire comme une compote avec 40 g d'eau.

Une fois cuite passer au mixeur les fruits.
Ajouter à la purée obtenue la confiture de prune, le pain d’épice, le sucre, le rhum brun et les épices.
Laisser refroidir.
        

Garniture aux carottes (Mrkvák)
         

Lorsque j'ai lu le dossier de l'IGP, j'ai trouvé amusant les versions aux légumes sucrés. Alors j'ai voulu testé, et puis on fait bien du carot cake !

Ingrédients

350 g de carottes râpées fraîches
80 g de beurre (150 g)
20 g de sucre en poudre
1 c. à café d'extrait de vanille
1 c. à café de poudre de cannelle
1 c. à soupe de graines de pavot
1 c. à soupe de farine
1 pincée de sel

Eplucher, laver et râper les carottes.

Faire cuire les carottes avec le beurre, la vanille, la cannelle et le sucre.
Ajouter un peu d'eau si besoin.
En fin de cuisson mixer grossièrement.

Ajouter la farine et faire légèrement épaissir.
Puis ajouter les graines de pavot et laisser refroidir la préparation.
       

Finalisation des Valašský frgál

Dégazer la pâte, puis l’étaler sur une feuille de papier cuisson en un cercle de 30 cm de diamètre à la main
(ici 2 de 20 cm).

   

Répartir la garniture sur toute la pâte en évitant les bords.

   

Laisser pousser de nouveau pendant 30 minutes.
Préchauffer le four à 160°C.

Dorer à l'oeuf les bords et saupoudrer généreusement de pâte à crumble.

 

Enfourner pour 15-20 minutes.
Laisser refroidir sur une grille.

Valašský frgál version poire (Hruščák)

  

et version carotte (Mrkvák)

 

Je n'ai pas de photos de Valaquie, je n'y suis jamais allée ! mais je vous laisse avec quelques images de la maginifique Prague :o)

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 20:17 - Dessert d'ailleurs - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 août 2015

Cake courgette - petits pois - chèvre et menthe

Et si on faisait un peu de salé ?

J’avais à l’origine fait une version de cake aux petits pois pour finir un paquet de petits pois congelés. Ça sert bien les recettes de cake pour cela.

Au fil du temps et surtout des ingrédients du placard et du réfrigérateur, cette version de cake aux petits pois (et souvent lardons) a évolué pour arriver à cette version que j’aime beaucoup, et somme toute assez classique en terme d’association de goût.

Les lardons ont été remplacés progressivement par du fromage de chèvre, et la menthe est venue naturellement accompagner les petits pois et le fromage de chèvre.

La courgette, elle, a été introduite un jour de pénurie de petits pois… et est restée, car je trouve que cela en allège la composition et la texture, même si in fine la courgette n’apporte pas grand-chose en terme de goût.

Vous pouvez bien évidemment faire ce cake à la taille d’un cake classique, mais moi je préfère le faire en mini cakes, qui une fois coupé fait des bouchées apéritives sympa.
      

Cake
   

courgette, petits pois, chèvre et menthe
         

Ingrédients

100 g de farine
50 g de fécule de maïs
3 œufs moyens
1 c. à café de levure chimique
100 g de lait
20 g d'huile d'olive
100 g d’ emmenthal râpé
1 bûche de chèvre frais
100 g de petits pois congelés
1 courgette
une quinzaine de feuilles de menthe
1 pincée de sel

Préchauffer le four à 180°C.

Laver et couper la courgette en dés.
Laver, essuyer et ciseler les feuilles de menthe.
Couper le chèvre en morceaux.

Mélanger la farine, la fécule de maïs, la levure chimique et le sel.
Dans un autre récipient, mélanger les éléments liquides : œufs, lait et huile d’olive.
Mélanger progressivement le mélange liquide dans le mélange sec.

Ajouter dans la pâte les petits pois, les dés de courgette, les morceaux de chèvre,
les feuilles de menthe ciselées et l’emmenthal.
Mélanger.

Verser la préparation dans un moule à cake, préalablement beurré et fariné.
Enfourner pour 45 - 55 minutes – vérifier la cuisson au couteau.
Laisser refroidir avant de démouler.

  

N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis,
ou liker sur FB ou twitter si ce billet vous a plu.

Licence Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine CHAUVIN alias Macaronette et Cie

Posté par Totchie à 20:28 - Entrée - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,